Cole Caufield devra prendre son mal en patience

Publié le 13 avril 2021 à 15h22
PAR DAVID ARMONI
Le récipiendaire du trophée Hobey-Baker a placé la barre haute la fin de semaine dernière lors de ses débuts dans l'uniforme du Rocket de Laval, lui qui a inscrit trois buts et une mention d'aide à ses deux premières parties dans la Ligue américaine de hockey.

Il n'en fallait pas moins pour exciter les partisans de la Sainte-Flanelle, eux qui sont toujours à la recherche d'une vedette digne des joueurs de la trempe de Guy Lafleur. Pour sa part, l'entraîneur-chef Dominique Ducharme a été clair lors du point de presse mardi.


Les partisans devront s'armer de patience. Selon Dominique Ducharme, cela ne sert à rien de précipiter le développement d'un jeune joueur âgé de 20 ans.


« C'est un jeune joueur, et son talent, il ne le perdra pas, a répondu Ducharme. J'ai jamais entendu dire qu'un gars était arrivé trop tard dans la Ligue nationale mais j'ai déjà entendu dire qu'un jeune était arrivé trop tôt dans la ligue. On a déjà vu ça. L'important, c'est qu'il puisse continuer à progresser. »

La bipolarité partisane des amateurs de la Sainte-Flanelle est bien connue. Si le numéro 44 du Rocket de Laval connaît un passage à vide de quelques matchs, certains commenceront à parler d'un autre flop de l'organisation. Toutefois, si ce dernier continue à accumuler les filets, on parlera de la réincarnation du Rocket.

Auteur de 30 buts et 52 points en 31 matchs dans les rangs universitaires américains cette saison, le numéro 8 des Badgers du Wisconsin a été sacré meilleur joueur au pays vendredi dernier, soit moins d'une heure avant de disputer son premier match avec le club-école des Canadiens de Montréal, le Rocket de Laval.

« Il travaille présentement avec le Rocket, avec Joël (Bouchard), et à partir de là, Marc (Bergevin) et l'organisation, quand on va sentir que c'est le moment, ou qu'on va avoir besoin de lui, peu importe la raison, il va s'en venir avec nous, a ajouté Dominique Ducharme. On verra. Mais on veut le préparer à avoir une longue carrière dans la LNH, on veut le préparer à ce qu'il puisse obtenir du succès. Il n'y a rien qui presse. Passer du hockey universitaire de la NCAA à la Ligue américaine et la LNH, c'est des étapes. La patience, c'est une clé dans un cas comme celui-là. »

Dominique Ducharme n'est pas le seul à cultiver l'idée qu'il faut que le jeune homme fasse ses classes dans la Ligue américaine de hockey avant de faire le saut dans le circuit Bettman, puisque l'ancien entraîneur de la LNH, Guy Boucher, a partagé les dires de Dominique Ducharme à l'émission « On jase » de Martin Lemay mardi après-midi.


En plus de Guy Boucher, Dany Dubé et André Tourigny ont aussi partagé la même vision quant au développement de Cole Caufield.

L'ancien pilote du Lightning et des Sénateurs a apporté un point fort pertinent quant au fait que le calibre de la Ligue américaine de hockey est beaucoup plus faible cette saison en raison de l'équipe de réserve. Les cinq à six meilleurs joueurs de l'organisation sont prêtés en haut, ce qui veut dire que les cinq ou six derniers joueurs de ton alignement sont en réalité des joueurs de la Ligue de la Côte Est (ECHL).

Dans cette optique, c'est donc dire que Cole Caufield évolue actuellement dans une ligue plus faible que prévu. Il faut donc prendre ces résultats avec des pincettes. Attendons de voir ce qu'il sera en mesure de faire dans les prochaines semaines. De plus, le Tricolore est dans une lutte à finir pour accéder aux séries éliminatoires.
10 dernières chroniques
pub