20:00
-
-
    

Ryan Poehling : L'excellent élève qui progresse de façon monstre

Publié le 25 juillet 2019 à 10h55
PAR

Nous, les amateurs de hockey que nous sommes, passons l'entièreté des mois de septembre à juin à scruter les moindres faits et gestes de nos joueurs favoris sur la patinoire, peu importe si notre but est d'admirer le talent de ceux-ci ou encore pour critiquer leur niveau de jeu.

Or, si le hockey sur glace est un sport spectaculaire en soi grâce aux joueurs de la LNH, une autre pratique de ces derniers est tout aussi impressionnante mais aucunement visible pour le partisan. En effet, pour atteindre un tel niveau d'excellence, les joueurs du circuit Bettman passent plusieurs mois à s'entraîner en salle lors de la saison morte afin d'arriver dans une condition physique resplendissante au camp d'entraînement, et ce, peu importe l'objectif et l'âge de l'athlète.

Ceci étant dit, et même s'il n'est pas encore considéré comme un joueur officiel de la LNH, cela n'empêche pas l'espoir du Tricolore Ryan Poehling de travailler tel un forcené lors de la saison chaude afin de forcer la main des dirigeants du CH lorsque ces derniers devront faire l'évaluation de leur choix de premier tour en 2017. D'ailleurs, c'est dans le but d'atteindre cet objectif que l'espoir de la Sainte-Flanelle travaille pour un quatrième été consécutif avec son préparateur physique Kirk Olson, ce dernier ayant livré des commentaires très intéressants sur Ryan dans un récent article au canadiens.com :




L'été 2019 en est un très significatif pour le clan Poehling. Hormis qu'il doit profiter de son temps pour être en excellente condition physique et ainsi obtenir une place dans l'alignement du Canadien, l'Américain d'origine a dû subir, en juillet dernier, une opération qui lui permet enfin de travailler au sommet de ses capacités :

« Je lui ai simplement dit qu'il s'agit d'un été important. Nous n'avons pas de camp avec l'équipe américaine, ses amygdales ont été retirées, nous sommes prêts à commencer », a dit Olson. « C'est désormais le moment de se concentrer et d'accomplir le travail. »

Mais en quoi est exactement constitué ce travail que doit accomplir Poehling? Olson, qui a déjà été à l'emploi chez le Wild du Minnesota à titre de préparateur physique, a répondu à cette question en mentionnant les tâches demandées à Ryan Poehling (ainsi qu'à ses frères Nick et Jack) lors de ces séances ayant lieu du lundi au jeudi de chaque semaine :

« La chose la plus importante que nous travaillons est son athlétisme. Le hockey est un sport de départs, d'arrêts et de virages. Plus il s'habituera aux transitions de départs, arrêts, virages, le meilleur sera-t-il sur la glace. Évidemment, il doit aussi utiliser sa force, mais il est déjà plutôt fort. C'est quelque chose qui va se développer. »

« Nous travaillons aussi sur son énergie et son conditionnement. Ryan était un peu limité en raison de son incapacité à respirer quand il avait les amygdales, mais il est de mieux en mieux. Il y a une énorme différence lorsqu'il est en mesure d'ouvrir ses voies respiratoires de la sorte. Si je peux rendre Ryan le plus rapide possible, devinez qui sera le plus fatigué à la fin du match, peu importe le résultat au VO2 max? Ce n'est pas seulement pour 60 minutes que nous devons le préparer, mais pour 82 rencontres », a-t-il ajouté.

Selon son entraîneur physique, le joueur de centre de 6 pieds 2 pouces et 185 livres excelle dans absolument toutes les sphères de son entraînement et ce n'est pas pour rien qu'il connaît des progressions fulgurantes d'été en été :

« Je dis à Ryan chaque jour: « Je n'arrive pas à croire à quel point tu es rendu loin ». Il est tellement plaisant à diriger. Tu peux lui demander de faire un saut assez compliqué, et il va tout simplement le réussir à la perfection. Au cours des trois dernières années, je l'ai vu augmenter en explosivité, en puissance et en athlétisme. Et c'est également le fun de le voir avec une pleine confiance », a félicité Olson. « C'est probablement ce que je préfère chez lui, le voir tout réussir. Il bouge comme un athlète exceptionnel. J'aime le regarder faire les exercices et apprécier le moment. »

Or, même s'il fait tout à la perfection, Ryan Poehling est loin d'être au sommet de son art, mais cela n'empêche pas le principal intéressé d'être très motivé, du moins si l'on en croit les propos d'Olson :

« Nous avons encore du travail à accomplir », a insisté Olson. « Il a cette motivation supplémentaire, car il joue pour l'équipe la plus titrée de la LNH et il a connu un premier match d'enfer. C'est une motivation en soi. Il se rend compte que les attentes seront élevées, mais il veut prouver qu'il a sa place et qu'il sera un bon joueur de la LNH. C'est même une motivation pour moi de diriger un athlète du genre et de l'aider à s'améliorer encore plus. »

En plus d'être motivé, l'attaquant de 20 ans possède une importante confiance en lui, un aspect fort important dans le monde du hockey et qui fait souvent en sorte que les athlètes d'exception parviennent à surpasser les autres joueurs :

« Tu peux définitivement voir que Ryan a de la confiance. Je parle souvent de cela avec mes joueurs, vivre, marcher, parler, il doit y avoir un but précis dans tout ce que tu fais. Ryan mesure 6 pieds 2 pouces, mais quand il rentre dans la pièce, je veux qu'il agisse comme s'il mesurait 10 pieds. Je dis toujours à mes gars qu'il est important d'avoir une certaine présence. Mais il est toujours quelqu'un de très noble », a dit Olson. « Je pense qu'il a vraiment trouvé sa propre identité. »

Ce qu'il y a de plus merveilleux dans l'attitude de Poehling, c'est qu'il aborde le tout en s'amusant, car tenons-le pour dit, peu importe la profession que l'on exerce, il est important d'y trouver un certain plaisir, sans quoi nos journées sont très longues et des blessures psychologiques peuvent s'en suivre. Certains diront que dans le cas d'un joueur de hockey, le plaisir est plus facile à trouver qu'ailleurs, mais tout de même, l'état d'esprit de Poehling est tout à son honneur :

« Ryan aime s'amuser. Il a toujours le sourire. Je ne l'ai jamais vu malheureux. J'ai toujours du plaisir à travailler avec lui. Je parlerais de lui, devant lui évidemment, et je dirais: « Ensuite nous avons Ryan ici, le gars a abandonné ses études ». Il trouve ça drôle à chaque fois », a plaisanté Olson. « Mais j'adore la manière dont il parle. Tu regardes les gars de son âge et ils n'ont pas encore trouvé leur voix. Ce n'est pas son cas. Tu peux voir son calme. Ryan est un jeune homme très intelligent. »

Certes, il sera fort intéressant de constater si l'entraînement estival de quatre jours par semaine de l'espoir du CH saura porter ses fruits au prochain camp d'entraînement de l'équipe. Néanmoins, peu importe s'il amorce la saison à Montréal ou à Laval, parions que Ryan Poehling sera prêt à performer à la hauteur de son talent et qu'il poursuivra son ascension fulgurante dont il fait preuve depuis que le Bleu-Blanc-Rouge a réclamé ses droits au 25e rang en 2017.

Selon vous, à la lumière de son entraînement, Ryan Poehling saura-t-il percer l'alignement de Claude Julien en septembre prochain?
10 dernières chroniques
pub