Les gars de la Poche Bleue à la défense de Jonathan Drouin

Publié le 22 avril 2021 à 15h48
PAR DAVID ARMONI
Au micro du 98,5 Sports, les anciens joueurs des Canadiens de Montréal et maintenant animateurs de La Poche Bleue, Maxim Lapierre et Guillaume Latendresse, ont tenu à défendre les performances récentes de Jonathan Drouin en remettant certaines choses en perspective.

Si les médias tapent sur la tête du Québécois depuis quelque temps, il aura trouvé au moins deux alliés à son fan club depuis sa disette de 26 parties sans avoir marqué un filet.


« Drouin travaille fort et honnêtement, ce n'est vraiment pas si dramatique... », a clamé Maxim Lapierre au micro mercredi soir.


De son côté, Guillaume Latendresse a tenu à nuancer les propos tenus par bon nombre d'amateurs sur le fait que Jonathan Drouin n'a inscrit que deux buts cette saison. Pourtant, il compte plus de points que son coéquipier, un des préférés des partisans de la Sainte-Flanelle, Josh Anderson.

« Je suis d'accord avec Max et je vais aller plus loin Josh Anderson! Il a 22 points en 40 matchs. Il ne frappe plus personne et on ne le voit plus depuis qu'il est revenu de sa blessure. Je m'excuse, mais Drouin, on le critique depuis deux semaines, mais Anderson a 22 points en 40 matchs et Drouin a 23 points en 43 matchs. C'est sensiblement la même chose! Anderson a 15 buts et 22 points C'est correct et Drouin a 23 points, mais ce n'est pas correct», a-t-il en renchéri.

Aux yeux de Guillaume Latendresse, Josh Anderson n'a pas le même éclat depuis sa blessure qui l'a tenu à l'écart du jeu. Il ne distribue plus de mises en échec comme il le faisait au début de la saison. Après tout, il a été opéré à une épaule. Il se peut que le gros gaillard évite de trop solliciter ses épaules afin d'être en parfaite santé lors des séries éliminatoires.

Il faut croire que les amateurs sont patients avec les joueurs qui marquent des filets, surtout quand ces marqueurs figurent parmi l'élite du circuit Bettman pour les buts marqués à cinq contre cinq. Les amateurs s'attendent à ce qu'un joueur qui empoche 5,5 millions de dollars soit en mesure de marquer plus de deux buts au courant d'une saison écourtée.

Cette culture est bien implantée dans nos structures de hockey au Québec. Difficile de changer les mentalités quand les parents sont prêts à payer cinq dollars pour chaque but marqué par leurs enfants. Jonathan Drouin est donc une victime collatérale de notre culture malsaine avec la performance et l'importance de marquer des buts. Le hockey demeure un sport d'équipe et chaque membre contribue à la victoire autant sur le plan offensif que défensif.

La priorité des amateurs devrait être de regarder les prises de décisions et l'intensité déployée par le principal intéressé. À juste titre, la performance de Jonathan Drouin n'était pas mauvaise hier soir. Certes, il a écopé une double pénalité mineure qui a causé une petite frayeur, mais le Tricolore a néanmoins remporté la victoire par la marque de 4 à 3 contre les Oilers. C'est tout ce qui doit nous intéresser à la fin de la soirée.
10 dernières chroniques
pub