Et si l'avantage numérique avait été ne serait-ce que moyen?

Publié le 19 avril 2019 à 12h36
PAR

Ce n'est un secret pour personne, l'avantage numérique du Canadien a tout simplement été décevant cette saison. Avec un maigre taux d'efficacité de 13,2%, ce qui est bon pour l'avant-dernier rang dans toute la LNH, devant celui des Prédateurs de Nashville à 12,9%. Le Canadien n'a raté les séries que par deux petits points. C'est à se demander si Montréal avait fait les séries advenant un meilleur rendement de son attaque à 5, étant donné que l'équipe a excellé à 5 contre 5 cette année.

En effet, offensivement, le Canadien se retrouve dans le top 5 de la Ligue à 5 contre 5 à plusieurs niveaux :

2e pour le Corsi offensif à 5 contre 5

Le Corsi est une statistique avancée utilisée par la LNH afin de mesurer le différentiel entre les tentatives de tirs, les tirs et les buts marqués ou encaissés par une équipe lorsqu'elle évolue à 5 contre 5. À ce chapitre, le Canadien a terminé au deuxième rang avec un total de 4362 tirs tentés, tirs effectués et buts marqués à 5 contre 5. Les meneurs dans cette catégorie sont les Maple Leafs de Toronto avec un Corsi de 4396.


4e pour le pourcentage du Corsi

Avec un ratio de 54,1%, le Canadien se retrouve quatrième à ce chapitre, légèrement derrière Vegas (54,3%), la Caroline (54,8%) et San Jose (54,9%). Un ratio supérieur à 50% signifie que l'équipe contrôlait la rondelle plus souvent que l'adversaire à force égale.

5e pour les buts marqués à 5 contre 5

La saison dernière, le Canadien était avant-dernier à ce chapitre avec une récolte de 131 buts marqués à 5 contre 5. Cette année, non seulement y a-t-il eu une nette amélioration, mais avec un total de 188 buts marqués à 5 contre 5, Montréal se retrouve dans le top 5 de la ligue derrière San Jose (193), Washington (197), Tampa Bay (206) et Toronto (206).

Le Canadien se retrouve aussi dans le top 5 de la LNH dans ses chances de marquer à 5 contre 5 (4e avec 1819 chances de marquer) et pour le pourcentage de chances de marquer (5e avec un ratio de 53,4% en faveur de l'équipe). Pour ce qui est du nombre de chances de marquer de qualité, incluant les tirs autour de l'enclave et les retours de lancer, le Canadien fait encore une fois belle figure au 4e rang avec 427 chances de qualité à force égale et au 6e rang pour ce qui est du pourcentage de chances de qualité avec 55,5% en faveur de l'équipe.

Ces statistiques à 5 contre 5 viennent s'ajouter à des facteurs tels que la hausse de buts marqués par l'équipe cette saison, passant de 207 l'année passée à 246 filets lors de la présente campagne. Ajoutez à cela le fait que Montréal est la troisième équipe de la Ligue au niveau des tirs avec un total de 2796 et une moyenne de 34,1 tirs par rencontre.

Bref, le Canadien de Montréal a été une équipe dominante à 5 contre 5 cette saison, mais a semblé manquer d'opportunisme. Parlant de cela, l'avantage numérique a grandement fait défaut cette année et les chiffres en pareille situation parlent d'eux-mêmes :

- 17e pour le nombre de tirs tentés

- 31e pour le nombre de tirs au but

- 27e pour le nombre de chances de qualité

- 30e au niveau des buts marqués

- 26e au niveau des buts marqués sur des chances de qualité

Le Canadien est donc passé d'une équipe dangereuse à 5 contre 5 à une formation qui a de la difficulté à générer de l'attaque et à créer des chances de marquer avec un homme en plus, ce qui est assez difficile à comprendre. Considérant que Montréal a perdu 17 rencontres par la marge d'un seul but, sans spécifier que l'avantage numérique est la seule raison pour laquelle le Canadien ne fait pas partie des séries éliminatoires, force est de constater qu'un avantage numérique se situant dans la moyenne de la Ligue aurait pu ajouter plusieurs buts. Qui sait? Ceux-ci auraient pu mener à quelques victoires de plus et potentiellement, même à une probable participation à la danse du printemps.

Croyez-vous que le rendement du Canadien en avantage numérique leur a coûté une participation aux séries éliminatoires ?
10 dernières chroniques
pub