Kristopher Letang n'y va pas de main morte à l'endroit d'un journaliste

Publié le 18 avril 2019 à 20h55
PAR

L'élimination hâtive subie par les Penguins de Pittsburgh mardi soir dernier est encore difficile à avaler pour les partisans et les joueurs. Difficile de comprendre ce qui a bien pu se passer avec cette équipe ayant accumulé 100 points en saison régulière. Ce n'est certainement pas l'alignement des Penguins qui est en cause. Ceux-ci comptent encore de très bons joueurs en Sidney Crosby, Evgeni Malkin, Kristopher Letang etc.

Toutefois, le directeur général de la formation a su mettre le doigt directement sur ce qui a causé la sortie expéditive de son équipe face aux Islanders. Selon lui, ses joueurs ont fait preuve de complaisance et n'avaient pas la hargne de vaincre.

«Je n'ai pas vu un seul moment où nos gars se sont présentés comme une équipe,» a indiqué Jim Rutherford.

«Je ne sais pas si nos gars sont complaisants, est-ce le signal que quelque chose doit changer? Nous avons besoin de retrouver cette rage de vaincre. Les Islanders avaient ce désir et ils étaient déterminés. Pas nous.»



D'un autre côté, les joueurs devaient faire face à la musique. Plutôt dérangé par la question d'un journaliste du quotidien Pittsburgh Post-Gazette, Kris Letang a déclaré qu'il ne pensait pas avoir besoin de changer de style de jeu.

Après une dure saison en 2017-18, une opération cervicale au cours de la saison morte, Letang a fortement rebondi cette saison. Il fait toujours partie des étoiles du circuit Bettman et a marqué 16 buts et accumulé 40 passes en 65 matchs. S'il n'avait pas été blessé fin février, il aurait peut-être même réussi à surpasser son record de 67 points en une saison, établi en 2015-16.

En effet, Letang a été l'auteur de quelques revirements face aux Islanders, mais il n'est certainement pas le seul à blâmer pour ce balayage.

«Qu'est-ce que tu me demandes? Tu ne veux pas que je fasse d'erreurs? Je vais essayer ça,» a-t-il déclaré.

«L'an prochain, je vais tenter de faire aucune erreur. Mais peut-être que l'an prochain, tu vas dire : nous avons Kristopher dans notre formation et il ne fait rien offensivement. Et là, tu vas me critiquer parce que je ne produis pas.»

De son côté, Jim Rutherford n'avait que de bons mots pour les arrières de son équipe, mentionnant au passage qu'il s'agissait de la meilleure défensive que les Penguins ont connu depuis son entrée en poste en 2014.
10 dernières chroniques
pub