SONDAGES     LNH     CANADIENS

Présentement EN FEU


Changement d'entraîneur : gage de succès?

PUBLICATION

12 décembre 2018  (9h00)
PARTAGER
SUIVEZ-NOUS

Quand une équipe ne connaît pas une saison à la hauteur des attentes de son directeur général, il arrive que ce dernier procède à un changement d'entraîneur, pour fouetter les troupes.

Est-ce qu'un changement d'entraîneur rapporte toujours? Rien n'est moins certain.
À ce jour, quatre entraîneurs ont perdu leur emploi au cours de la saison 2018-2019. John Stevens chez les Kings de Los Angeles, Joel Quenneville chez les Blackhawks de Chicago, Mike Yeo chez les Blues de St-Louis ainsi que Todd McLellan chez les Oilers d'Edmonton.
Regardons ces 4 situations de plus près.
Kings de Los Angeles
Au moment de son congédiement, John Stevens avait une fiche cummulative de 51-39-9 en tant qu'entraîneur des Kings de Los Angeles. Après 13 parties en 2018-2019, la fiche de l'équipe était de 4-8-1 quand il a été congédié par le directeur général, qui a nommé Willie Desjardins comme entraîneur par intérim. À ce moment-là, l'équipe marquait 2,15 buts par rencontre alors que l'adversaire en réussissait 3,46 par match face aux Kings.
Le résultat?
Desjardins a une fiche de 7-11-1 depuis sa nomination. L'équipe marque un peu plus, mais accorde surtout moins de buts (2,21 BP/PJ et 2,79 BC/PJ). On note donc une certaine amélioration, malgré que la fiche demeure perdante.
Blackhawks de Chicago
Joel Quenneville avait une belle et longue histoire à la barre des Hawks. Il a mené l'équipe à 3 conquêtes de la Coupe Stanley en 6 ans pendant son règne qui a duré 11 saisons. Après une saison décevante en 2017-2018, Chicago avait une fiche de 6-6-3 lors du congédiement de leur entraîneur-chef. Au chapitre des buts pour / buts contre par match, les chiffres de l'équipe étaient de 3,07 / 3,73. Jeremy Colliton a alors été nommé entraîneur-chef de l'équipe.
Le résultat?
Les Blackhawks ont depuis une fiche catastrophique de 3-12-2. Ils marquent moins de buts par match (2,41) et s'en font compter un peu plus (3,76). L'expérience n'a donc pas eu les résultats escomptés à Chicago.
Blues de St-Louis
À sa troisième saison à la barre de l'équipe, Mike Yeo n'a pas connu le début de saison espéré. Après avoir cumulé une fiche de 66-40-8 lors de ses deux premières saisons à St-Louis, l'équipe avait une fiche de 7-9-3 en date du 19 novembre 2018. Le directeur général des Blues l'a congédié et a nommé Craig Bérubé comme entraîneur par intérim. À ce moment-là, l'équipe marquait 2,83 buts par match et en accordait 3,31.
Le résultat?
En 10 matchs, les Blues ont une fiche de 4-5-1. Depuis, l'équipe marque 2,60 buts par match et en accorde 3,70. On ne peut pas dire que le résultat est heureux.
Oilers d'Edmonton
Todd McLellan en était à sa 4ième saison à la barre des Oilers. Il a été congédié le 20 novembre dernier, après avoir cummulé une fiche de 123-119-24. En 2018-2019, l'équipe connaissait un lent départ avec une fiche de 9-10-1. Edmonton marquait 2,85 buts par match et en accordait 3,30.
Le résultat?
Quand les Oilers ont nommé Ken Hitchcock à la barre, plusieurs ont sourcillé. Force est d'admettre qu'ils ont eu la main heureuse. La fiche de l'équipe depuis est de 8-2-1. Les Oilers marquent depuis 2,73 buts par match et en accorde 2,27. Une solide amélioration.
Changer d'entraîneur n'est pas toujours un gage de succès. Oui, ça fouette l'équipe, mais le problème n'est pas nécessairement uniquement derrière le banc.
10 dernières chroniques

HABSETLNH.COM
COPYRIGHT @2024 - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
TERMES  -  POLITIQUES  -  CONSENTEMENTS