SONDAGES     LNH     CANADIENS

Présentement EN FEU


Carey Price est encore une fois la cible de Bergeron!


PUBLICATION

17 novembre 2018  (12h11)
PARTAGER
SUIVEZ-NOUS



L'ancien coach des Nordiques de Québec, surnommé le « Tigre », n'a pas perdu de sa fougue et sa hargne lorsqu'il y a un sujet qui l'enflamme.

Maintenant analyste à TVA Sports et chroniqueur pour le Journal de Montréal, Bergy a rarement la langue ou le crayon dans sa poche et ne se gêne jamais pour donner son opinion et faire réagir les réseaux sociaux.
Cette fois, c'est dans son dernier papier au JDM que Michel Bergeron s'insurge et encore une fois, sa cible de prédilection est le gardien Carey Price.
Le flamboyant Bergy s'en prend au soi-disant traitement de faveur que Carey Price aurait dans l'organisation montréalaise.
A-t-il raison?
Va-t-il trop loin?
À vous de juger, en lisant ses propos tels quels ici:
« Avec Carey Price, tout est toujours gros. Ça fait 11 ans qu'il est dans l'organisation du Canadien et ça fait 11 ans qu'on le traite différemment. Parfois, on a presque l'impression que son entraîneur des gardiens Stéphane Waite et lui forment une équipe dans une équipe. »

« J'en ai assez qu'on mette le gardien du Canadien sur un piédestal. On l'a tellement vanté au cours des dernières saisons et tenu à rappeler à quel point les succès de l'équipe passeraient par lui. J'en viens à me demander si on n'a pas été trop permissif à son endroit, si on l'a traité différemment des autres joueurs. »

« On lui a toujours déroulé le tapis rouge et on lui a presque laissé lui-même gérer son propre horaire. Lui a-t-on laissé trop d'espace décisionnel ? La question se pose. »

« Quand ça va bien dans l'entourage de l'équipe, mais surtout dans les performances du gardien partant, tout le monde a le sourire. Quand ça va mal, toutefois, tout le monde se met soudainement à marcher sur des oeufs.

Les entraîneurs font attention à ce qu'ils disent dans leurs commentaires, le directeur général aussi et les joueurs se font tout aussi prudents comme si tout le monde avait peur de le déranger. Ça doit devenir franchement lourd à porter.» – Michel Bergeron

Bergeron prend tout de même la peine de terminer sa chronique sur une note positive
« Il faut reconnaître qu'il a été très bon jeudi soir contre les Flames de Calgary et que, sans lui, le Canadien n'aurait pas quitté l'Alberta avec deux points en banque.

On a eu l'impression de revoir le Carey Price des beaux jours, celui qui ne pense plus à un million de choses quand il garde les buts et qui s'amuse sur la patinoire. »

 
Quelle est votre opinion au sujet des propos de Michel Bergeron?
10 dernières chroniques

HABSETLNH.COM
COPYRIGHT @2024 - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
TERMES  -  POLITIQUES  -  CONSENTEMENTS