Vladimir Tarasenko était bien au courant des rumeurs qui circulaient à son effet

Publié le 4 juin 2019 à 9h37
PAR MATHIEU CHARBONNEAU
Le 2 janvier dernier, les Blues étaient au 31e et dernier rang de la LNH. Le DG de la formation du Missouri a alors jonglé à transiger son joueur étoile, Vladimir Tarasenko, mais n'a finalement pas bougé. Sa patience a été récompensée alors que son équipe n'est plus qu'à deux victoires de remporter la Coupe Stanley.

Le principal intéressé dans ces rumeurs est bien au courant de tout ce qui se disait à son propos. Ce dernier s'est pris en main et a été un élément important de la belle fin de saison des Blues. Du 2 janvier à la fin de la saison, le Russe a cumulé 22 buts, 24 mentions d'aide pour 46 points en 39 rencontres.

«J’entendais les rumeurs, mais je souhaitais rester à St. Louis. Les Blues m’ont repêché en 2010 et j’ai uniquement porté ce chandail dans la LNH. J’en suis fier.» - Vladimir Tarasenko

Celui qui joue sa septième saison dans l'uniforme des Blues affirme tenter de profiter du moment. Il constate en ce moment tout le travail et le chemin à parcourir afin de se rendre en grande finale.


«Quand j’étais jeune, je n’avais aucune idée du chemin à parcourir pour atteindre la finale de la Coupe Stanley. C’est tellement difficile. Mais tu joues pour cette raison, pour ce but. Je rêve de gagner ce trophée, tous les joueurs de hockey ont ce rêve. Quand je me réveillais tôt le matin pour partir à un entraînement, je pensais à ce jour. Je m’imaginais en finale. Je cherche à profiter le plus [possible] du moment.» - Vladimir Tarasenko

Les coéquipiers de Tarasenko ne cessent de l'encenser. Selon eux, les gens ne réalisent pas le talent que le Russe possède. Seulement deux joueurs ont marqué plus de buts que lui dans la LNH depuis la saison 2014-2015 (182 buts), soit Alex Ovechkin (236 buts) et John Tavares (183 buts).

«Il y a plusieurs éléments qui font de lui un attaquant spécial. Il a tous les outils dans son coffre. Il est rapide, il est fort, il protège bien la rondelle et il possède un des meilleurs tirs de la LNH. Il ne fait pas juste une bonne chose, il en fait des tonnes.» - Colton Parayko

«Vlad a un des meilleurs tirs des poignets de la LNH. Il trouve des ouvertures pour se démarquer et marquer des buts. C’est mon travail de le repérer sur la glace. Il est une force de la nature. Au dernier match [samedi], Zdeno Chara a tenté de le frapper, mais c’est le géant Chara qui a reculé après l’impact. C’est assez démonstratif de sa puissance.» - Brayden Scheen

Celui qui a trouvé la meilleure expression pour décrire l'attaquant est le Québécois, Samuel Blais. Ce dernier cite que son coéquipier de 6 pieds et 225 livres est comme une brique.

«Il est comme une brique, a lancé le Québécois. Il est tellement massif et fort. Il ne bouge presque pas quand il se fait frapper par un défenseur.» - Samuel Blais

Via TVA Sports
10 dernières chroniques
pub