20:00
-
-
    

Une autre preuve que le simple talent ne suffit pas en séries éliminatoires

Publié le 20 avril 2019 à 17h53
PAR

Depuis toujours, la différence entre la saison régulière et les séries éliminatoires est frappante. Le jeu est beaucoup plus fermé lors du bal printanier, et la tendance qu'ont les arbitres à ranger le sifflet rend le jeu plus physique et moins discipliné.

C'est un véritable défi pour les directeurs généraux de bâtir une équipe qui sera dominante autant en saison régulière qu'en séries éliminatoires, spécialement dans la LNH d'aujourd'hui.

En effet, la vitesse est rendue tellement importante. Les gros joueurs sont en majorité moins rapides, mais ils tirent bien leur épingle du jeu lorsque les 82 matchs de la saison régulière sont terminés.

La meilleure équipe de la saison, le Lightning, a dominé par son savant mélange de vitesse et de finesse, mais s'est effondrée contre les gros Blue Jackets.


Une autre série qui retient l'attention est celle entre Nashville et Dallas. Lors de la saison régulière, les Stars ont eu de la misère à se qualifier en vue des séries d'après saison, mais ils donnent beaucoup de fil à retordre aux Prédateurs, qui étaient pourtant favoris dans cette confrontation.

C'est grâce à des jeux comme celui qui suit, entre Jamie Benn (6'2" 205 lbs) et Ryan Ellis (5'10" 180 lbs) que nous pouvons voir à quel point les grosses équipes peuvent être dominantes. Il faut trouver un parfait mélange de vitesse et de grosseur pour gagner dans cette ligue maintenant, ce qui n'est pas toujours facile à accomplir!

10 dernières chroniques
pub