FINAL
3
0
    

Qui a été élu le meilleur joueur de l'histoire de la LHJMQ?

Publié le 4 avril 2019 à 11h38
PAR

Hier soir, lors du gala des Rondelles d'or, qui a eu lieu à Québec, le Temple de la Renommée de la LHJMQ s'est enrichi de cinq membres. Il s'agit de Stéphane Fiset, François Allaire, Robert Murray, Jean-Jacques Daigneault et Mario Tremblay. De plus, au cours de la soirée, le nom des 10 derniers membres faisant partie du top 50 d'excellence du circuit ont été révélés. Mais qui de Pat LaFontaine, Sidney Crosby, Pierre Larouche, Denis Savard, Guy Lafleur, Dale Hawerchuk, Patrice Lefebvre, Mario Lemieux, Brad Richards ou Mike Bossy a été élu le meilleur joueur de l'histoire de la LHJMQ?

D'entrée de jeu, deux joueurs viennent à l'esprit : Guy Lafleur et Mario Lemieux. En deux saisons avec les Remparts de Québec, Lafleur a obtenu 379 points (233B, 146P). À sa saison recrue, il a marqué 103 buts et 130 la saison suivante. Il a aussi mérité la Coupe Mémorial en 1971.

En trois saisons avec les Voisins de Laval, Mario Lemieux a obtenu 562 points (299B, 263P) en 200 matchs. Il a été tout particulièrement dominant lors de la saison 1983-1984 durant laquelle il a atteint un sommet personnel de 282 points en 70 matchs dont 133 buts ce qui lui a permis d'éclipser la marque de 130 buts en une saison détenue par Guy Lafleur, son idole de jeunesse, depuis 1970-1971. Lemieux avait marqué 127 buts lorsqu'il a débuté la dernière rencontre de cette saison mémorable et, à ce moment, peu de personnes croyaient qu'il pourrait éclipser la marque du « Démon blond ». Il s'agissait effectivement de sa dernière chance de battre le record, mais Lemieux était bien déterminé à faire taire tous les sceptiques. Et il a réussi de brillante façon! En effet, ce soir là, Lemieux, faisant flèche de tout bois, a compté six buts, en plus de mériter cinq mentions d'aide, contre les Chevaliers de Longueuil. Wayne Gretzky, qui assistait à la rencontre, a été témoin de son exploit; une pause a même été effectuée durant la rencontre afin que « La Merveille » puisse venir saluer le futur Magnifique.

Même si les deux joueurs ont d'excellents arguments en leur faveur, le panel des six experts, chargés de déterminer quels furent les meilleurs joueurs à avoir joué dans la LHJMQ, a déterminé que la palme revenait à Guy Lafleur. Qu'en a pensé le principal intéressé?


Le « Démon blond » a commencé par plaisanter lorsque les journalistes l'ont questionné afin de savoir ce qu'il pensait de sa nomination. «Les gardiens n'étaient pas bons, a affirmé celui qui a toujours été reconnu pour son franc-parler avant de poursuivre avec des commentaires un peu plus sérieux. « C'était différent. Si tu ne lances pas, tu ne comptes pas et je lançais de tous les angles imaginables, et des fois, je restais surpris quand ça rentrait. C'est difficile à expliquer. C'est juste un chiffre, un gros chiffre. L'équipement des gardiens était plus petit à l'époque et le jeu était plus offensif. Aussi, il y avait énormément de bagarres générales, ce qui faisait en sorte qu'il y avait souvent des cinq contre trois ou des quatre contre trois. Ça avantageait les joueurs offensifs. » Il a cependant concédé que d'être reconnu comme étant le meilleur joueur de l'histoire de la LHJMQ ne le laisse pas indifférent. Au contraire. Cet honneur revêt, pour lui, un sentiment particulier.

« Lorsque la Ligue fait quelque chose comme ça, c'est parce qu'on a joué un certain rôle au sein de cette ligue-là pendant quelques années » a-t-il déclaré. « Quand j'ai commencé, la LHJMQ n'était pas vraiment connue. À l'époque, on valorisait peut-être plus la Ligue de l'Ontario [OHL]. Les gens disaient qu'elle était plus forte, que plus de joueurs étaient repêchés par les équipes de la LNH. On était un peu des moutons noirs et on avait quelque chose à prouver. On a prouvé, au fil des ans, qu'on avait plusieurs joueurs de qualité qui ont joué dans cette ligue et des joueurs qui ont eu de très belles carrières dans la LNH. »

Qu'avait à dire « Le Magnifique » lorsqu'il a été interviewé sur le sujet?

« C'était un temps différent » a analysé Lemieux. « Les joueurs maintenant sont meilleurs, surtout du côté des gardiens et des défenseurs. Les entraîneurs aussi. Je ne pense pas qu'on va revoir ça de sitôt. » Il a ensuite ajouté que : « Les équipes adverses ont essayé pas mal d'affaires pour me contrer, comme me suivre avec un ou deux joueurs. Mais on avait une bonne équipe avec de bons joueurs et on avait quelques durs à cuire avec moi, ce qui me permettait de me promener assez facilement. Ce n'était pas facile. J'avais de bons ailiers avec moi. »

Mais que pense Lemieux du choix des experts qui lui ont préféré Lafleur?

À ce sujet, « Le Magnifique » a déclaré sans aucune hésitation : « C'est sûr que c'est Guy [le meilleur de l'histoire]. Ce qu'il a fait tout au long de sa carrière junior, c'est extraordinaire. Je ne l'ai pas vu jouer parce que j'étais trop jeune, mais en me basant sur les films que j'ai vus, il est le meilleur de l'histoire. »

Les deux premiers choix, qu'on soit ou non d'accord avec leur rang, ne faisaient aucun doute, mais, à partir du troisième rang, le classement risquait d'être plus difficile. En effet, la LHJMQ a eu, et a encore, de nombreux représentants très talentueux comme Mike Bossy, Denis Savard ou Sidney Crosby, pour ne nommer que ceux-là. Qui donc a été élu au 3e rang?

Il s'agit de « Sid the Kid », le seul joueur du top 10 encore actif, qui a porté les couleurs de l'Océanic de Rimouski durant 2 saisons. À sa 1re saison, alors qu'il était âgé de 16 ans, il a obtenu 135 points en 59 matchs. L'année suivante, il a fait encore mieux en obtenant 168 points (66B, 102P). Crosby a aussi remporté la Coupe du Président en 2004-2005 avant de perdre contre les Knights de London qui ont alors mis la main sur la Coupe Mémorial.

« Il était pas pire pantoute», a affirmé Mario Lemieux à propos du capitaine des Penguins qui ne pouvait évidemment pas être présent à la soirée puisque son équipe est impliquée dans la course pour se mériter une place en séries. « Sid a eu une excellente carrière junior et encore meilleure au niveau des professionnels. C'est un talent spécial » a conclu celui qui est bien placé pour commenter puisque, en tant qu'actionnaire des Penguins depuis 1999-2000, il a eu l'opportunité de côtoyer Crosby à maintes reprises depuis que ce dernier a été repêché par Pittsburgh dans le cadre du repêchage de 2005 mieux connu sous le nom de « Loterie Crosby ». Que pense donc Lemieux de son capitaine?

« Je savais qu'il était bon, mais pas autant qu'il l'a démontré » a avoué celui qui se dit impressionné par le talent de Crosby. « Il a tout gagné. Trois coupes Stanley, c'est incroyable. Il a été notre leader au cours des 12 dernières saisons et il a aussi gagné des médailles d'or sur la scène internationale. Je suis un peu surpris de tout le succès qu'il a connu, mais avec le talent qu'il a et la manière qu'il travaille dans les entraînements, il va être encore là pendant un bon bout de temps » a-t-il déclaré.

Voici la liste du Top 10 selon les experts :

1 – Guy Lafleur : 379 points (233B, 146P) en 118 matchs avec les Remparts de Québec.

2 – Mario Lemieux : 562 points (299B, 263P) en 200 matchs avec les Voisins de Laval.

3 – Sidney Crosby : 303 points (120B, 183P) en 121 matchs avec l'Océanic de Rimouski.

4 – Pat Lafontaine : 234 points (104B, 130P) en 70 rencontres avec les Juniors Verdun.

5 – Pierre Larouche : 365 points (147B, 218P) en 130 matchs (20 avec les Remparts de Québec et 110 avec les Éperviers de Sorel).

6 – Mike Bossy : 532 points (309B, 223P) en 263 rencontres avec le National de Laval.

7 – Dale Hawerchuk : 286 points (118B, 168P) en 144 matchs avec les Royals de Cornwall.

8 – Brad Richards : 432 points (143B, 289P) en 190 matchs avec l'Océanic de Rimouski.

9 – Denis Savard : 455 points (146B, 309P) en 214 matchs avec le Junior de Montréal.

10 – Patrice Lefebvre : 595 points (187B, 408P) en 276 matchs avec les Cataractes de Shawinigan.

Pour Mike Bossy, classé au sixième rang, même s'il a trouvé ses années juniors plaisantes, il a avoué qu'elles n'avaient cependant pas été de tout repos. « J'ai eu une carrière junior mouvementée » a-t-il confié. « On affrontait de grosses équipes, notamment à ma première année, Québec et Sorel étaient exceptionnelles. Je vais toujours me souvenir, on menait 4-0 contre Sorel et on avait perdu 18-6 », s'est-il rappelé en riant.

Peu importe les époques, tous les joueurs de ce Top 10 de la LHJMQ, et plusieurs autres aussi, ont connu une excellente carrière dans la ligue. Les comparer est cependant difficile et, pourrait-on même ajouter, injuste puisque chacun a eu son rôle à jouer dans l'évolution de l'actuel circuit Courteau. Mais, quoi qu'il en soit, êtes-vous d'accord avec le classement des experts?

Crédit : Tvasports
10 dernières chroniques
pub