20:00
-
-
    

Pas de dénouement avant longtemps dans le dossier Brayden Point

Publié le 30 juillet 2019 à 11h31
PAR

Depuis l'instauration du plafond salarial, les DGs du circuit Bettman doivent jongler avec cette réalité d'années en années lorsque vient le temps de négocier des ententes avec les membres de leur effectif.

Si l'instauration d'une limite salariale est dans le but de favoriser une certaine équité entre les 31 formations de la LNH, il n'en demeure pas moins que certaines d'entre elles parviennent à tirer leur épingle du jeu en octroyant des contrats à la baisse et en profitant de l'efficacité de leur repêchage.

Parmi les équipes dans cette situation, on retrouve le Lightning de Tampa Bay qui, depuis les deux dernières campagnes, domine le circuit Bettman grâce à d'excellents joueurs issus de leurs sélections du mois de juin, tels que Steven Stamkos, Nikita Kucherov, Andrei Vasilevski et Victor Hedman, pour ne nommer que ceux-là.

Or, on savait tous que l'inévitable allait survenir à la suite du succès de la formation floridienne. En effet, allait venir le jour où ces excellents athlètes exigeraient des augmentations salariales considérables et ils les ont obtenues dans les trois dernières années :


Steven Stamkos: 68 millions de dollars sur 8 ans (Impact salarial de 8,5 millions annuellement)

Nikita Kucherov : 76 millions de dollars sur 8 ans (Impact salarial de 9,5 millions annuellement)

Victor Hedman : 63 millions de dollars sur 8 ans (Impact salarial de 7,875 millions annuellement)

Andrei Vasilevski (signé tout récemment pour une entente qui sera effective dès la saison 2020-21) : 76 millions de dollars sur 8 ans (Impact salarial de 9,5 millions annuellement)

Décidément, beaucoup d'argent a été dépensé à Tampa Bay dans les dernières années et ce, sans compter les ententes assez importantes d'autres joueurs de second ordre, si bien que l'équipe se retrouve actuellement avec un espace sur la masse salariale de 5,5 millions et des poussières. À première vue, vous affirmerez que ce n'est pas si mal, sauf lorsque vous avez un attaquant de 23 ans à signer qui vient tout juste de compléter une campagne de 41 buts et 92 points, disons que la situation n'est pas aussi plaisante tout d'un coup.

En effet, l'agent libre avec restriction Brayden Point est toujours sans contrat et assurément qu'il fera exploser la banque à son prochain contrat, de quoi donner de sérieux maux de tête au DG Julien Brisebois. Néanmoins, ce dernier se dit confiant de pouvoir en venir à une entente avec son ancien choix de troisième tour en 2014, mais il faudra encore attendre plusieurs semaines avant de voir un dénouement dans ce dossier :


Évidemment, Brisebois souhaite trouver un terrain d'entente rapidement avec le clan Point. Toutefois, cela pourrait ne pas avoir lieu avant le milieu du mois de septembre :

«Je m'attends à ce que tout soit réglé avant le début du camp d'entraînement», a prévenu le DG, dont les commentaires ont été cités par le site officiel de la Ligue nationale de hockey (LNH).

«Je n'ai pas de calendrier précis. Je suis très optimiste, mais je n'ai aucune nouvelle information concernant son prochain contrat», a-t-il admis.

De plus, le DG du Lightning a poursuivi son entretien en affirmant que parfois, des ententes avec des joueurs comme Point sont souvent celles qui sont le plus difficile à conclure :

«Ce n'est pas parce que nous ne travaillons pas sur leurs dossiers ni parce que nous n'essayons pas de conclure un accord, a précisé directeur général. Ils sont juste un peu plus compliqués à finaliser, et la date limite pour y arriver se situe vers le début du camp.

«D'autres joueurs ont des statuts différents à titre de joueurs autonomes plus tôt, l'été.»

Bref, ce dossier risque de traîner de la patte pour quelques semaines encore. Toutefois, lorsqu'on prend connaissance du fait que Point a terminé au troisième rang chez les pointeurs du Lightning la saison dernière, derrière Kucherov (128) et Steven Stamkos (98), et qu'il est encore très jeune (donc un potentiel pas encore exploité à pleine capacité), il serait très surprenant de le voir signer une entente inférieure à 9 millions de dollars annuellement.

Sous un autre ordre idée, il est permis de se demander comment Julien Brisebois arrivera à agencer son argent afin de conserver ses vedettes sans devoir sacrifier quelques éléments importants au passage. Non seulement le prochain contrat de Brayden Point devrait faire en sorte que les Bolts dépasseront le plafond, mais le contrat de Vasilevski, qui sera effectif dès le début de la campagne 2020-21, fera fluctuer l'impact salarial de l'équipe de six millions de dollars supplémentaires. D'autant plus que le contrat de l'excellent espoir Mikhail Sergachev devra être renouvelé aux termes de la prochaine campagne.

Décidément, des nuits blanches sont à prévoir dans les bureaux du Lightning!

Mise à jour : Parions que cette transaction aidera la cause de Tampa Bay

10 dernières chroniques
pub