FINAL
1
5
    

Mike Babcock est-il surévalué?

Publié le 24 avril 2019 à 11h33
PAR MATHIEU CHARBONNEAU

Lorsque Mike Babcock a quitté les Red Wings de Détroit suite à la saison 2014-2015, plusieurs le voyaient comme étant le meilleur entraîneur de hockey au monde. Cette réputation l'a aidé à obtenir la liberté de choisir son prochain lieu de travail ainsi que d'exiger un immense salaire. Les Maple Leafs n'ont pas hésité à sortir le chéquier afin d'accueillir le réputé entraîneur en lui offrant un contrat de huit saisons évalué à 50 millions de dollars.

Malgré toutes les promesses et attentes à la suite de la venue de Babcock à Toronto, les résultats ne sont jamais venus. En quatre saisons complètes à la barre des Leafs, Babcock n'a jamais pu dépasser la première ronde des séries. C'est une chose décevante, surtout cette saison, à cause des attentes qui étaient élevées en début de saison suite à la signature de Tavares. Le coach n'a pas su profiter de l'immense talent offensif de son équipe durant cette campagne et n'a pas pu améliorer la plus grande faiblesse de son équipe, soit la défensive. Son DG ne l'a pas aidé avec ce problème en lui procurant aucune profondeur au poste de défenseur. Le travail de l'entraîneur est toutefois de s'ajuster avec les éléments qu'il a sous la main afin de rendre l'équipe meilleure. Sur ce point, il n'a pas été en mesure d'y arriver.

Les insuccès de Babcock ne sont pas simplement liés au Maple Leafs de Toronto. Le tout a commencé bien avant, alors qu'il dirigeait les Red Wings de Détroit. Depuis la saison 2010-2011, Babcock n'a jamais dirigé une formation qui a terminé plus haut que le troisième rang de sa division au classement . Depuis cette même saison, il a dépassé la première ronde des séries une seule fois, soit en 2012-2013. C'est pas moins de 27 entraîneurs différents de la LNH qui ont gagné une ronde de séries éliminatoires depuis.

Même s'il reste quatre saisons au contrat de Babcock, à 6.25 millions de dollars chacune, il est possible que Kyle Dubas se tanne et le congédie. En effet, l'organisation des Maple Leafs est capable de prendre en charge cette perte et il est fort probable que Babcock retrouvera du travail avant le terme de son actuel contrat. La nouvelle formation prendra donc en charge le salaire de Babcock, ce qui libérerait les Leafs de son salaire.


La relation entre Babcock et son patron, Kyle Dubas, semble tendue. L'entraîneur n'hésite pas à critiquer indirectement son DG pour le manque de profondeur en défensive de son équipe. Il semble reprocher à Dubas de ne pas être capable de l'aider vraiment.

La grogne des partisans des Leafs envers Babcock est également très forte. Les réseaux sociaux regorgent, depuis quelque temps, de commentaires négatifs au sujet de l'entraîneur. La défaite d'hier, causant l'élimination de l'équipe en première ronde, n'a en aucun cas aidé à l'allègement de la situation.




Avec Auston MAtthews, Mitchell Marner, Kasperi Kapanen et Andreas Johnson qui termineront leur contrat d'entrée dans la LNH le 1er juillet prochain, et qui demanderont une hausse de salaire importante, la fenêtre des Leafs commence déjà à rapetisser. Le plafond salarial donnera encore plus de maux de tête à Kyle Dubas au cours des prochaines années et les Leafs n'auront plus le loisir d'avoir toutes ces jeunes vedettes à un salaire moindre. Cette saison, avec la venue de Tavares, était la saison parfaite pour faire un bout de chemin en séries éliminatoires, et, qui sait, gagner le gros trophée. Peut-être que la somme de ces raisons donnera envie à Kyle Dubas de congédier son entraîneur?
10 dernières chroniques
pub