20:00
-
-
    

Luke Richardson passe sous le radar, mais son apport à l'équipe est capital!

Publié le 20 avril 2019 à 13h29
PAR MATHIEU CHARBONNEAU

À chaque année, l'organisation du Canadien rend hommage à un joueur qui a été le héros obscur de la dernière saison en lui remettant le trophée Jacques-Beauchamp. Le lauréat cette saison fut Phillip Danault et il mérite amplement cette reconnaissance. Si ce trophée avait été offert à tous les membres de l'organisation, l'entraineur des défenseurs, Luke Richardson, aurait très bien pu concurrencer l'attaquant québécois.

Comme nous le rappelle Arpon Basu dans un récent article paru sur le site The Athletic, l'ancien arrière est l'incarnation même du héros obscur. Le nouvel entraîneur des défenseurs du Canadien a eu un impact certain dans les succès de l'équipe cette saison.


La plupart des gens ne s'en rendent pas compte, mais, sans le savoir, nous voyons à chaque partie que l'apport de Richardson en était le principal responsable.


«On s'est émerveillé de voir des joueurs qui n'avaient pas encore fait leurs preuves se mêler à la défense rapiécée du Canadien; on s'est émerveillé devant l'amélioration notable de Jordie Benn par rapport à l'an dernier, devant le progrès continu de Victor Mete dans les mandats les plus difficiles, de voir aussi Brett Kulak être inséré dans le top-4 pour ne plus jamais en sortir. Et pourtant, la raison derrière toutes ces choses qui se sont produites n'est presque jamais évoquée.» - Arpon Basu

Lorsque nous avons vu l'alignement du Canadien en septembre dernier, surtout les défenseurs, peu de gens donnaient cher de la peau de l'équipe durant la saison 2019-2020. Tous pensaient que la défensive du CH allait être la plus grande faiblesse de l'équipe, surtout qu'aucun défenseur gaucher de premier plan en faisait partie. Pourtant, Richardson a fait en sorte que, dans le pire des cas, les défenseurs ne soient pas un facteur.

Cette saison, rares furent les erreurs flagrantes de la part des défenseurs qui ont provoqué un but direct de l'adversaire. Si l'attention au niveau des entraineurs adjoints a surtout été envers Kirk Muller (pour l'avantage numérique) et pour Dominique Ducharme (le nouveau venu de la LHJMQ), Richardson, de son côté, s'occupait tranquillement de ses affaires en aidant à transformer la plus grande faiblesse du Canadien en facteur nul. Et puisque les adjoints n'ont pas le droit de parler aux médias (sauf exceptions), Richardson n'a jamais obtenu la reconnaissance qu'il méritait.

Les défenseurs de l'équipe adorent travailler avec Richardson, en particulier pour son calme légendaire.

« Son influence calmante derrière le banc et ses petits conseils qu'il vous donnait, à vous ou à toute la brigade défensive, des conseils auxquels vous n'auriez jamais pensé normalement, ou différentes façons de jouer dans différentes situations… Il m'a énormément aidé. » - Jeff Petry

« Honnêtement, je ne l'ai jamais entendu crier une seule fois. Jamais. En lui parlant, il est très calme. Il utilise beaucoup ses mains pour vous montrer comment faire quelque chose, il utilise le iPad s'il le faut. Mais tout en lui est si calme. » - Victor Mete

« Il est vraiment bon. C'est un type calme, intelligent et il voit si bien le jeu; il comprend ce que c'est que d'être un joueur. Des erreurs se produisent et il ne vous tombe pas dessus après chaque présence pour dire qu'on aurait dû faire tel ou tel petit ajustement. Il parle au bon moment et il relève les éléments qui sont vraiment importants quand tu commets une erreur. Ou alors si tu continues à faire encore et encore quelque chose qui n'est pas correct, il va te le faire remarquer. » - Brett Kulak

Kulak est le mieux placé pour parler du calme de son entraineur. Le 14 mars dernier, alors que le CH jouait une mauvaise partie et que Price aidait ses coéquipiers à conserver un match nul de 1-1, Kulak était sur la glace alors que Anders Lee a marqué ce qui s'est avéré être le but victorieux avec 2:57 à faire en temps réglementaire. Kulak a fait une erreur de couverture sur le but (il n'était pas le seul) et l'a vraiment mal pris.

Richardson a eu un énorme impact sur la suite des choses et sur la confiance de Kulak. En effet, l'entraineur adjoint a renvoyé le jeune défenseur sur la glace 32 secondes après le but de Lee et il y était de nouveau pour les 55 dernières secondes de la période réglementaire. Richardson n'a pas hésité à remettre sur la glace son défenseur qui venait de se faire marquer un but crève-coeur. C'est la façon de faire de Richardson, il l'a fait toute la saison et ceci a eu un effet énorme.

« Je pense que tout le monde se sent un peu plus à l'aise et plus calme. Il comprend. Peut-être que j'essaie de faire un jeu, que je jongle avec la rondelle et l'autre équipe marque; il sait que l'intention est là. Il va te dire "ne t'inquiète pas, ça arrive" au lieu de s'énerver et de dire "assieds-toi, tu ne joues pas du reste du match". » - Victor Mete

Ce calme provenant de l'entraineur sera primordial durant les prochaines années. Le Canadien n'a pas énormément d'espoirs en défense et il faudra être patient avec ces derniers et s'assurer de bien les développer sans trop baisser leur confiance. Le développement des Romanov, Brook et Fleury sera primordial pour le futur de l'équipe. Le calme de Richardson lorsqu'ils seront avec le CH sera important et rassurant.
10 dernières chroniques
pub