SONDAGES     LNH     CANADIENS

Présentement EN FEU


Les suspensions diminuent dans la LNH


PUBLICATION

25 mars 2019  (18h22)
PARTAGER
SUIVEZ-NOUS

Lorsque l'on travaille pour le département de la sécurité des joueurs de la LNH, ce n'est pas un poste à prendre à la légère.

Un travail d'envergure se cache derrière chaque séquence de chaque match et rares sont les journées exemptées de parties dans la ligue.
George Parros est la tête d'affiche d'une équipe dévouée à la protection des athlètes et il s'est confié au réseau ESPN :
« Je ne veux pas être trop content lorsque quelques semaines passent sans avoir une suspension significative. Je ne veux pas me convaincre qu'un récidiviste ne frappera pas à nouveau ou répétitivement. La mimute où je commence à respirer est la minute où un joueur commet un geste douteux et qui nécessite une audition. »

Jusqu'à maintenant, il y a eu moins de récidivistes cette saison, mis à part une exception notable. Il y a des joueurs qui sont sur la sellette, mais qui ont été capables de se contrôler et d'adapter leur jeu pour ne pas avoir de trouble.
Excepté la suspension de 14 matchs après arbitrage de Tom Wilson, seulement trois joueurs se sont vu décerner trois parties ou plus de suspension : Mark Borowiecki, David Backes et Paul Byron. L'année dernière, il y en a eu 11, dont 10 à Alex Burrows et Radko Gudas.
Ce qui est intéressant, c'est que non seulement le nombre de suspensions diminue, mais la moyenne de temps de chacune rétrécit aussi.
Jusqu'à celle de Yanni Gourde la semaine dernière, ce sont 25 suspensions données jusqu'à maintenant cette saison, pour une moyenne de 2,32 matchs par cas. Si on enlève les 14 parties de Tom Wilson, elle diminue à 1,83. En 26 suspensions l'année dernière, la moyenne était de 2,80 matchs par cas.
Parros dit qu'il ne cherche pas à diminuer les suspensions, que tout est évalué comme ça vient. Il ne se fie pas aux autres campagnes pour prendre ses décisions :
« Le jeu en général devient plus propre. Il y a moins de coups salauds qui surviennent qui méritent de plus longues suspensions. C'est une bonne chose. »

Toujours selon Parros, la raison de cette diminution selon lui est que les suspensions ont été décernées à des joueurs différents des années précédentes. Il y a beaucoup de joueurs étoiles dans les fautifs, tels que Connor McDavid, Jack Eichel, Evgeni Malkin, Erik Karlsson, Ryan Johansen, Jakub Voracek et Mark Giordano.
« Cela n'a rien à voir avoir leurs statuts, explique Parros. Ce sont, pour la majorité, leurs premières offrandes. Nous ne regardons pas simplement si les victimes ont été blessées, mais bien l'historique des agresseurs. »

Jakub Voracek a été suspendu le 10 mars dernier pour deux rencontres pour cause d'odstruction. Il a porté sa cause en appel, ce qui est assez rare pour une si petite suspension.
Est-ce que son cas créera un précédent, avec les joueurs qui commenceront à porter de plus petites suspensions en appel?
Pour plus de détails, cliquez ici
10 dernières chroniques

HABSETLNH.COM
COPYRIGHT @2024 - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
TERMES  -  POLITIQUES  -  CONSENTEMENTS