Le défenseur des Blues, fait fondre en larmes un monsieur atteint d'un cancer

Publié le 14 juillet 2019 à 9h37
PAR

C'est sans aucun doute, pour moi du moins, l'un des plus beaux moments de cette saison dans la Ligue nationale de hockey. Comme tous les partisans du hockey le savent, remporter le titre de la coupe Stanley est sans doute le plus gros défi de tous les sports professionnels, et très peu d'hommes ont l'honneur de soulever le trophée.

C'est pour ces raisons que gagner la Coupe Stanley est si spécial, si sacré, et c'est ce qui fait que le temps que vous devez passer avec ce trophée légendaire est si précieux.

Vince Dunn, à peine âgé de 22 ans, a posé un superbe geste en s'arrêtant à l'hôpital Ross Memorial pour rendre visite à un homme malade, Lawny Woodcock. Woodcock souffre d'un cancer du côlon et, bien que son pronostic soit bon, il venait d'apprendre qu'il serait obligé de rester à l'hôpital jusqu'à au moins 2020 en raison d'une infection. Inutile de dire que l'idée de passer des mois dans un hôpital tout en luttant déjà contre une horrible maladie ferait des ravages sur quiconque, et c'est pourquoi Dunn est venu à la rescousse.

Dunn s'arrêta alors qu'il se préparait à une apparition publique et le niveau d'émotion dans le visage et la voix de Woodcock montrait à quel point le moment comptait pour lui. La meilleure partie de cette histoire, c'est que Woodcock n'est pas un partisan des Blues de St. Louis, mais qu'il encourage les Maple Leafs de Toronto, mais a avoué qu'il encourageait les Blues de St. Louis à participer aux séries éliminatoires en raison de tous les Canadiens de leur liste. .


Woodcock et Dunn sont tous deux originaires de Lindsay, en Ontario, et les derniers mots prononcés par Woodcock dans la vidéo partagée par les Blues me tiennent vraiment à c½ur et peuvent même expliquer pourquoi Dunn est allé si loin au-delà de l'appel du devoir de l'aider

"C'est un garçon de la région, nous nous tenons l'un derrière l'autre", a déclaré Woodcock.

Voyez la vidéo:


Crédit: H-FEED
10 dernières chroniques
pub