F (F)
3
2
    

Kyle Dubas a de la difficulté à s'entendre avec l'un de ses jeunes attaquants

Publié le 29 avril 2019 à 21h48
PAR

Nous savons tous à quel point la masse salariale est précaire chez les Maple Leafs de Toronto. Avec un peu moins de 4 millions de dollars d'espace sous le plafond salarial, le directeur général de l'équipe, Kyle Dubas, a encore plusieurs contrats à négocier en vue de la prochaine saison et devra prendre plusieurs décisions afin de gérer ses effectifs.

Bien sûr, le premier nom qui nous vient en tête lorsque l'on parle de contrat à Toronto est celui de Mitch Marner. Ce dernier, qui sera agent libre avec restrictions le 1er juillet prochain, a terminé la saison au sommet des pointeurs chez les Maple Leafs avec 94 points en 82 matchs et il est à parier qu'il demandera vraisemblablement un contrat similaire à celui qu'a obtenu Austin Matthews plus tôt cette année (5 ans à 11,634M$ par saison). Il s'agit d'un sujet chaud à Toronto avec toutes les rumeurs d'offres hostiles qui s'y rattachent.

Cependant, outre Marner, Toronto doit aussi négocier avec deux autres jeunes agents libres avec restrictions, soit les attaquants Kasperi Kapanen et Andreas Johnsson. Selon des informations provenant du journaliste Derren Dreger, les négociations avec Johnsson seraient déjà entamées, mais elles ne se dérouleraient pas comme prévu. En effet, Kyle Dubas aurait offert à son jeune attaquant un contrat de 2 ans à 2,1M$ par saison, ainsi qu'un contrat de 4 ans à 2,6M$ par saison. Ces deux offres auraient été refusées par le clan Johnsson.




Johnsson, 24 ans, a terminé sa saison recrue avec une récolte de 20 buts et 23 mentions d'aide pour un total de 43 points en 73 matchs, ce qui est bon pour le 4e rang chez les recrues cette saison. Il a aussi ajouté 4 points en 7 matchs lors de la série qui a vu les Bruins de Boston éliminer les Maple Leafs.

L'été s'annonce long pour le DG des Maple Leafs de Toronto…

Croyez-vous qu'Andreas Johnsson est trop gourmand ou est-ce Kyle Dubas qui est trop « cheap »?
10 dernières chroniques
pub