20:00
-
-
    

Garder le statu quo chez le Canadien n'est peut être pas une si mauvaise chose

Publié le 6 juillet 2019 à 13h58
PAR

Le marché des joueurs autonomes est ouvert depuis cinq jours maintenant et si nous regardons les signatures effectuées par le Canadien jusqu'à date, il est clair que Montréal n'est pas l'équipe à avoir fait les signatures les plus importantes de l'été.

À l'heure d'aujourd'hui, le Canadien a signé le gardien de but Keith Kinkaid (1 an à 1.75m), les attaquants Riley Barber (1 an à 700 000 $), Phil Varone (1 an à 700 000$), Nick Cousins (1 an à 1m) et le défenseur Ben Chiarot (3 ans à 3.5m par année). L'ajout de ces joueurs aura un impact sur la masse salariale du Canadien de 7,65millions au total. À cela, il faut aussi ajouter que le Canadien a libéré de l'argent en laissant aller des joueurs comme Antti Niemi, Jordie Benn ou en échangeant Andrew Shaw ou même Nicolas Deslauriers. Au final, Montréal a actuellement presque le même espace sous la masse salariale qu'à la fin de la saison.

Tout ça pour dire que le Canadien ne s'est pas trop mouillé avec la signature des joueurs autonomes cet été, particulièrement quand on voit qu'il n'y a qu'un seul joueur qui a obtenu un contrat au-delà d'un an.

Beaucoup de fans du Canadien reprochent d'ailleurs à Marc Bergevin de ne pas avoir fait plus de signatures depuis lundi pour se retrouver au final avec une équipe moins bonne que l'année dernière (Shaw en moins notamment) et d'avoir toujours de l'espace sous la masse salariale.


Mais le statu quo actuel du Canadien n'est peut être pas une si mauvaise chose que ça, si on approfondit quelque peu nos recherches.

Comme l'a précisé Simon Boisvert sur Twitter :


En effet, le Canadien possède, selon plusieurs analystes, l'une des équipes avec la meilleure banque d'espoirs de la LNH. Si une majorité de ces jeunes espoirs arrive à se frayer une place à Montréal et qu'ils performent bien, alors ils vont avoir une hausse significative de leur contrat dans les prochaines années à venir. On parle ici des Ryan Poehling, Nick Suzuki, Cayden Primeau, Josh Brooks, Noah Juulsen et même Cole Caufield (fraichement repêché cette année).

Tous ces jeunes espoirs vont avoir un coût s'ils se développent bien et la signature d'un joueur autonome cet été pourrait compliquer la signature de ces jeunes joueurs dans l'avenir... Il suffit de regarder les problèmes contractuels de Toronto en ce moment, dont les signatures des dernières années compliquent la tâche maintenant.

De plus, jusqu'à maintenant, nous avons seulement parlé des jeunes espoirs qui ne sont pas encore établis dans la grand ligue et il ne faut pas omettre non plus les jeunes joueurs qui jouent déjà avec le Canadien en ce moment et qui ont des contrats à rabais qui achèvent bientôt. Dans cette catégorie, nous retrouvons Jesperi Kotkaniemi, qui sera agent libre avec restriction en 2021 et s'il continue de se développer comme il l'a fait cette année, il devrait avoir un contrat nettement plus onéreux dans deux ans. Il y a également Victor Mete, qui deviendra agent libre avec restriction l'an prochain.

Dans les joueurs un peu plus âgés, nous retrouvons Brendan Gallagher et Max Domi qui ont des contrats respectifs de 3.750 millions par année et de 3.1 millions par année. Max Domi sera agent libre avec restricition l'an prochain tandis que Brendan Gallagher sera agent libre sans restriction dans deux ans. Les deux vont demander des contrats nettement supérieurs à ce qu'ils empochent actuellement.

En bref, rendu à l'été 2021/2022, l'équipe de Montréal pourrait être bien contente de ne pas avoir trop dépensé dans le marché des joueurs autonomes des années précédentes. Cela rendrait la tâche beaucoup plus simple pour le Canadien et éviterait de devoir prendre des décisions difficiles comme ont dû le faire les Sharks ou Winnipeg cette année.

Pour conclure, il ne faut pas non plus oublier que le repêchage d'expansion de Seattle approche à grands pas et qu'il s'agira d'un autre défi à franchir pour les équipes. Mais il s'agit là d'un autre sujet qu'on traitera un autre jour.
10 dernières chroniques
pub