F (F)
3
2
    

Charlie Coyle réalise un rêve d'enfance!

Publié le 26 avril 2019 à 6h04
PAR

Charlie Coyle est né, il y a 27 ans, à East Weymouth, en banlieue de Boston. Comme plusieurs jeunes garçons, de là ou d'ailleurs, il adorait jouer au hockey dans la rue, seul ou avec ses amis. Combien de fois a-t-il marqué un but en s'imaginant qu'il venait de compter le filet gagnant pour les Bruins lors d'un match des séries? Combien de fois a-t-il célébré l'exploit, attendant que ses coéquipiers l'entourent? D'innombrables fois, assurément!

« Je crois que nous avons tous fait cela à un moment ou à un autre lorsque nous étions plus jeunes, a mentionné Coyle. J'avais l'habitude de jouer au hockey dans la rue devant ma maison. Je demeurais dans un cul-de-sac et, que ce soit avec des amis ou seul, je pensais toujours à ça, je jouais des scénarios dans ma tête. Je pense que la plupart du temps on s'imagine dans le futur, a-t-il ajouté. Nous l'avons tous fait. C'est très cool de le vivre. » Effectivement hier, la réalité a rejoint le rêve. Enfin!

Coyle était cependant loin de se douter que sa soirée de rêve serait remplie de rebondissements. Celle-ci avait, en effet, fort mal commencé. Les Bruins tentaient de préserver leur mince avance de 1-0 en début de 3e période lorsqu'il a causé un revirement à sa ligne bleue ce qui a éventuellement mené au premier but des Blue Jackets à 7:39. « J'ai commis un coûteux revirement en troisième période, a-t-il affirmé. « On ne peut pas faire ça durant une rencontre. » Suite à cette erreur, Coyle se sentait évidemment redevable envers Tuukka Rask. Voici la vidéo de ce jeu :




Comble de malheur, Colombus s'est empressé de prendre les devants à peine 13 secondes plus tard. Heureusement, Coyle a obtenu une occasion de se faire pardonner sa bévue précédente et il ne l'a pas ratée. « Je suis heureux que notre trio ait continué à jouer et à être envoyé dans la mêlée pour pouvoir se racheter. »

Voyez son but marqué à 15:25 :


Ce but égalisateur a fait en sorte que les deux équipes ont dû effectuer du temps supplémentaire afin de déterminer le vainqueur. Et, une fois de plus, Coyle a joué les héros. Voyez comment il a déjoué Sergei Bobrovsky à 5:15 de la 1re période de prolongation :


Il s'agissait, pour Coyle, de ses quatrième et cinquième buts depuis le début des séries soit en huit rencontres, lui qui n'en avait marqué que deux lors des 21 matchs disputés avec sa nouvelle équipe après avoir été échangé par le Wild du Minnesota le 20 février.

Marcus Johansson a obtenu une mention d'aide sur chacun des buts de Coyle. Acquis des Devils du New Jersey le 25 février, il n'avait disputé que dix matchs en saison régulière avec son nouveau compagnon de trio puisqu'il a été tenu à l'écart du jeu à cause d'une blessure. De plus, il n'avait pu participer aux deux premiers matchs de première ronde pour cause de maladie. Les deux joueurs ont cependant tout fait pour apprendre à mieux se connaître sur la glace et à l'extérieur afin de développer une chimie entre eux allant même jusqu'à effectuer du covoiturage.

Selon lui, ils ont fait des progrès petit à petit. « Je pense que nous aimons tous les deux jouer avec beaucoup de rapidité, nous aimons bouger la rondelle, a affirmé Marcus Johansson. Je crois que, ce qui explique une partie de notre succès est que nous n'avons pas été trop durs envers nous-mêmes. Nous ne forçons pas les choses. C'est ainsi que nous avons obtenu nos buts ce soir, a-t-il précisé, en gardant les choses simples, en bougeant nos pieds, en prenant avantage des chances quand nous en avons eues.

« Vous devez seulement essayer de demeurer dans le moment présent, a souligné Coyle. Spécialement durant les séries. On dit toujours que vous ne pouvez monter trop haut ni descendre trop bas, même si tu le veux vraiment. C'est difficile parfois de se contenir. Vous devez seulement garder la tête froide » a-t-il conclu.

Selon vous, est-ce que Coyle réussira à réaliser son rêve ultime : soulever la Coupe Stanley?

Crédit : NHL.com
10 dernières chroniques
pub