20:00
-
-
    

Alex Barré-Boulet aurait pu appartenir au Canadien, mais...

Publié le 26 avril 2019 à 11h17
PAR

Plus la saison avance, plus les équipes se font éliminer, ce qui sonne l'heure du bilan dans plusieurs cas. Le Crunch de Syracuse, un peu à l'image du Lightning de Tampa Bay, n'a pas su tirer profit de sa bonne campagne et transporter ça en séries éliminatoires, se faisant éliminer dès le premier tour par les Monsters de Cleveland.

C'est donc dire que la recrue par excellence de la Ligue américaine, Alex Barré-Boulet, a donné ses derniers coups de patins jusqu'en septembre.

Le récipiendaire du titre de joueur par excellence de la Ligue de hockey canadienne en 2017-18 a donné raison au Lightning de le signer, notamment avec ses 34 buts dès sa première saison professionnelle. Beaucoup d'encre a coulé depuis cette signature, puisque la plupart des partisans l'auraient voulu à Montréal.

La vérité est que Barré-Boulet a grandi en étant fan des Canadiens. Plus jeune, il faisait la route, avec son père, de Montmagny à Montréal pour aller au Centre Bell. N'ayant pas été repêché et jouant alors pour l'Armada de Blainville-Boisbriand, la logique voulait qu'il fasse partie de la Sainte-Flanelle, mais le destin en a décidé autrement.


Selon Jean-François Fortin, un entraîneur-adjoint avec l'Armada, le Tricolore n'a que lui à blâmer :

« Je suis sûr qu'ils ne sont pas contents (de ne pas avoir Barré-Boulet) en ce moment, mais on leur a dit 100 fois. C'est leur faute. S'il y a une équipe qui était là à tous les soirs, c'était bien celle de Montréal. Ils l'ont beaucoup vu, croyez-moi. Je suis sûr qu'ils vont le regretter à un moment donné. »

Le Canadien a tout simplement manqué le bateau, mais on ne peut pas imputer toute la faute à Marc Bergevin et son équipe de dépisteurs.

En effet, Barré-Boulet a été charmé par le Lightning à cause des succès que connaissent plusieurs joueurs de petite taille avec cette formation, notamment Yanni Gourde. D'ailleurs, Alex a le même agent que Gourde et Marchessault : Paul Corbeil. C'était donc facile de choisir Tampa Bay, selon les dires du principal intéressé :

« C'était facile de choisir Tampa à cause de cela, a dit Barré-Boulet. Quand (Corbeil) a dit, ‘'Tampa veut te signer'', j'ai dit oui tout de suite. Je n'ai même pas eu à y penser. »

Avec ses 5'9" et ses 167 livres, on peut dire hors de tout doute que la taille de Barré-Boulet a joué en sa défaveur lors des séances de repêchage et par la suite, mais le jeune homme a fait preuve de ténacité. Il a encore besoin de travailler son coup de patin et sa force physique, mais une chose est certaine, il est voué à un très bel avenir!

Crédit : Athlétique
10 dernières chroniques
pub