20:00
-
-
    

Transaction Neal/Lucic : Un potentiel vol de la part de Ken Holland?

Publié le 20 juillet 2019 à 12h01
PAR

Dans la journée d'hier, les Oilers d'Edmonton et les Flames de Calgary, deux habituels ennemis, se sont mutuellement prêtés mains fortes, eux qui se sont transigés deux problèmes qui pesaient beaucoup trop dans leur formation respective.

En effet, les Oilers ont envoyé le colosse Milan Lucic à leur rival albertain, alors que les Flames ont, quant à eux, expédié le franc-tireur James Neal avec la troupe à Dave Tippett. Bien des gens se sont d'ailleurs interrogés sur la pertinence de cette transaction, puisque les deux équipes se sont échangées deux attaquants étant visiblement sur le déclin.

C'est que d'un côté, Lucic récoltait de 50 à 60 points par saison de façon régulière, chose qu'il a faite pour la dernière fois lors de la campagne 2016-2017. Or, les deux dernières campagnes se sont soldées par de piètres baisses de régime de 34 et 20 petits points pour l'armoire à glace de 6 pieds 3 pouces et 231 livres.

De l'autre, Neal, un habitué du club des marqueurs de 20 buts annuellement (ayant même déjà réalisé une campagne de 40 buts en 2011-12 avec Pittsburgh et une autre de 31 filets avec Nashville en 2015-16), a réussi à toucher le fond de la cible qu'à six maigres occasions lors de la plus récente saison.


Bref, tous deux âgés de 31 ans, les deux joueurs impliqués dans la transaction tenteront un nouveau départ afin de relancer leur carrière. Or, notre petit doigt nous indique que James Neal est celui qui pourrait davantage bénéficier de sa venue avec les Oilers d'Edmonton, lui dont le style pourrait bien se marier avec l'équipe.

Après un passage avec les Stars de Dallas, les Penguins de Pittsburgh, les Predators de Nashville, les Golden Knights de Vegas ainsi que les Flames de Calgary, James Neal en sera à sa sixième équipe depuis ses débuts dans la LNH en 2008-09, mais celle-ci pourrait l'aider à retrouver ses belles lettres de noblesse.

Marqueur inné depuis toujours, l'attaquant de puissance de 6 pieds 3 pouces et 212 livres pourrait bénéficier des talents de fabricant de jeu d'un certain Connor McDavid sur le premier trio des Oilers, surtout que lorsqu'on analyse l'alignement de la troupe albertaine, on constate assez rapidement que Neal serait de toute vraisemblance le meilleur ailier gauche naturel de l'équipe.

D'ailleurs, cette potentielle combinaison pourrait permettre à Leon Draisaitl de retrouver sa position de centre habituelle, lui qui était contraint à évoluer à la gauche du #97 lors de la dernière saison, puisque les deux principaux intéressés représentaient les seuls éléments étant en mesure de générer de l'attaque avec les Oilers. C'est donc dire que la venue de Neal pourrait occasionner à plusieurs membres de l'équipe de retrouver leur place de choix dans l'échiquier et ainsi, apporter une toute autre touche de dynamisme offensif dans l'alignement.

À titre de comparatif, à sa première saison complète dans l'uniforme des Penguins en 2011-2012, James Neal était campé aux côtés d'Evgeni Malkin, où le talent hors-du-commun de ce dernier avait notamment permis à la nouvelle acquisition des Oilers de réaliser la campagne la plus productive de sa carrière, et ce, encore à ce jour, lui qui avait noirci la feuille de pointage à 81 reprises, dont 40 fois dans la colonne des buteurs, en 80 joutes.

Cette même année, l'attaquant canadien avait terminé au quatrième rang chez les meilleurs franc-tireurs du circuit (derrière Steven Stamkos avec 60, son coéquipier Evgeni Malkin avec 50 et Marian Gaborik avec 41) en plus d'occuper le septième rang chez tous les pointeurs de la LNH. Neal aura ensuite disputé deux autres saisons dans l'uniforme noir et jaune des Penguins, lors desquelles toutefois il n'aura pas eu la possibilité de surpasser son sommet personnel, notamment en raison de la saison écourtée par le lock-out de 2013 ainsi qu'une blessure l'ayant limité à 59 matchs en 2013-2014. L'année suivante, James Neal se retrouvait à Nashville dans une transaction impliquant l'ailier droit Patric Hornqvist.

Somme toute, si l'on vous présente ces faits, c'est pour vous démontrer que les meilleures années de l'ancien choix de 2e tour des Stars, le 33e au total en 2005, se sont déroulées lorsque celui-ci était accompagné de joueurs de centre au talent surdimensionnel, alors qu'il avait maintenu un ratio de points obtenus par match de 0,99 aux termes de ses trois campagnes à Pittsburgh. Cette situation qu'il a connue dans la Ville de l'Acier pourrait donc se manifester de nouveau à Edmonton, peu importe s'il évolue en compagnie de McDavid, Draisaitl ou encore Nugent-Hopkins.

C'est donc dire que sans affirmer qu'il pourrait produire à un rythme d'un point par match la saison prochaine, son arrivée avec les Oilers pourrait fortement lui permettre de retrouver le chemin des 20 buts et approximativement 50 points obtenus en moyenne par saison auquel il nous a fortement habitués depuis son entrée dans le circuit Bettman, en 2008.

Selon vous, Ken Holland a-t-il commis un vol en faisant l'acquisition de James Neal en retour de Milan Lucic?
10 dernières chroniques
pub