SONDAGES     LNH     CANADIENS

Présentement EN FEU


Selon son entraîneur, le premier choix du CH en 2017 aura un impact assuré!

PUBLICATION

14 décembre 2018  (16h08)
PARTAGER
SUIVEZ-NOUS

Le choix de premier tour du Canadien au repêchage de 2017, a déjà amassé 17 points cette saison et il se démarque autant grâce à ses qualités défensives qu'offensives avec l'Université St. Cloud dans la NCHC (affiliation de la NCAA).

D'ailleurs, Ryan Poehling, avec cette récolte de 17 points en 16 matchs, le centre de 19 ans est en voie de connaître la meilleure de ses trois saisons universitaires. Certes, il n'a inscrit que trois buts, mentionneront certains, mais sa capacité à récupérer les rondelles et sa vision du jeu lui ont permis d'être complice de l'un de ses coéquipiers à 14 occasions.
« Je m'étais fixé comme objectif de marquer 20 buts, mais si, au bout du compte, les passes que je récolte aident mon équipe à gagner, tant mieux. C'est le plus important » – Ryan Poehling
« Je joue bien. Ça s'est amorcé un peu lentement. Puis, j'ai commencé à attaquer davantage. Je me fais plus confiance, je me déplace plus directement au filet et je prépare des jeux pour mes coéquipiers », a raconté le jeune homme, tenu à l'écart de la feuille de pointage lors de seulement trois rencontres.
L'entraîneur Brett Larson n'a pas tardé à devenir un partisan de Ryan Poehling
L'entraîneur-chef de St. Cloud State University, Brett Larson, se souvient avec émotion d'une conversation importante avec Ryan Poehling le 2 novembre dernier.
C'était lors du premier entracte du match contre les Tigers du Collège de Colorado, alors que les Huskies se sont retrouvés avec un déficit de 2-0.
« J'ai dit, Ryan, je peux voir à quel point tu es un bon joueur. Mais tu es maintenant au niveau d'être en mesure de changer le tournant d'un match. J'ai besoin de toi pour créer cette étincelle et soulever cette équipe », a confié Larson, à propos de sa discussion avec le premier choix des Canadiens.
Le joueur de centre âgé de 19 ans a pris le message de Larson à coeur et a marqué deux buts dans une victoire de 5-3 au Broadmoor World Arena.
« Il a été une pièce maîtresse dans cette victoire », a mentionné Larson. « Son niveau d'attaque et son habileté à jouer et à demander la rondelle étaient manifestantes. Il était évident qu'il avait franchi une étape importante: devenir un très bon joueur, il est devenu un gars qui a la capacité de dominer. »
Selon Larson, Poehling n'a pas lâché la pédale de gaz à fond!
Dans les neuf matchs qui ont suivi cette rencontre à Colorado Springs, Poehling n'a pas inscrit son nom sur les feuilles de pointage à seulement une reprise. Il est actuellement en tête des Huskies avec 14 mentions d'aide et se classe au deuxième rang avec 17 points en 16 rencontres.
« Je peux dire qu'il travaille pour s'améliorer en tant que joueur, mais il aimerait aussi s'améliorer pour cette équipe », a félicité Larson, alors que les Huskies sont au premier rang et affichent un dossier de 13-1-2 jusqu'à présent cette année. « Lorsque vous avez ce genre de joueur de haut niveau qui comprend que non seulement son développement est important pour lui, mais qu'il est également important d'aider cette équipe à se rendre là où elle veut aller, c'est assez spécial. »
Entraîneur adjoint avec les Bulldogs de l'Université de Minnesota-Duluth lors des deux premières campagnes de Poehling à St. Cloud, Larson n'avait été en mesure de remarquer qu'une seule facette de son jeu.
« Aujourd'hui, je me rends compte de sa polyvalence parce que je le vois à l'oeuvre tous les jours. Quand tu vois quelqu'un de temps en temps, ce que tu remarques en premier, c'est le talent. C'est quand tu le vois sur une base quotidienne que tu réalises à quel point il est un joueur complet », a expliqué cet ancien défenseur de la Ligue East Coast.
« Je le vois être un joueur du genre de Mikko Koivu parce qu'il est si bon sur 200 pieds », a déclaré Larson, faisant référence au capitaine de longue date du Wild du Minnesota. « Je le vois être le gars qui va pouvoir jouer dans n'importe quel type de situation. Il va jouer contre de vrais joueurs de haut niveau qui sont très forts. Il doit juste continuer à travailler pour s'assurer qu'il est capable d'assumer son rôle au prochain niveau. »
À la conquête de l'or
Cette polyvalence, Poehling tentera d'en faire profiter l'équipe nationale junior américaine. Alors que tous ses coéquipiers, dont ses frères jumeaux, Nick et Jack, profiteront des prochaines semaines pour passer du temps en famille, Ryan partira pour l'ouest du continent dans les prochains jours pour amorcer sa préparation en vue du Championnat mondial de hockey junior.
À Vancouver et Victoria, ses compatriotes et lui tenteront de remonter sur la plus haute marche du podium après avoir dû se contenter de la médaille de bronze, à Buffalo, l'an dernier.
En plus de Poehling, Quinn Hughes (choix des Canucks), Dylan Samberg (Jets), Michael Anderson (Kings) et Joshua Norris (Sénateurs) seront de retour. Un quintette auquel s'ajoutera Jack Hughes, celui que plusieurs voient comme le tout premier choix du prochain repêchage.
10 dernières chroniques

HABSETLNH.COM
COPYRIGHT @2024 - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
TERMES  -  POLITIQUES  -  CONSENTEMENTS