SONDAGES     LNH     CANADIENS

Présentement EN FEU


Ron Tugnutt : Une performance époustouflante qui mérite d'être vue ou revue


PUBLICATION

22 mars 2019  (8h38)
PARTAGER
SUIVEZ-NOUS

Mercredi soir, Andrei Vasilevskiy a obtenu un record de franchise en réalisant 54 arrêts, sur 58 tirs, pour permettre au Lightning de vaincre les Capitals 5-4 en prolongation.

C'est une performance digne de mention, mais Vasy n'est pas le seul gardien à avoir connu une soirée qui restera à jamais dans les annales. En effet, il y a 28 ans, soit le 21 mars 1991, Ron Tugnutt, des Nordiques de Québec, a réalisé 70 arrêts dans un match nul de 3-3 contre les Bruins. Sa performance phénoménale, au Garden de Boston, mérite d'être vue ou revue. Mais avant, découvrons ou redécouvrons ce gardien dont le talent, selon plusieurs, a été sous évalué.
Ron Tugnutt est né à Scarborough en Ontario. Repêché au 81e en 1986 par les Nordiques de Québec, il a disputé 537 matchs (538 matchs selon hockeydb.com) dans la LNH avant de prendre sa retraite en 2004. Durant sa carrière, il a, tour à tour, porté les couleurs des Nordiques, des Oilers, des Mighty Ducks, des Canadiens (15 matchs), des Sénateurs, des Penguins, des Blue Jackets et des Stars. Ses statistiques globales sont de 0,895% d'efficacité et 3.05 de moyenne de buts alloués.
Âgé de 23 ans, Tugnutt en était à sa quatrième saison devant le filet des Nordiques. Ceux-ci, bons derniers dans la LNH, présentaient un dossier peu reluisant de 16-50-14. Derrière les Maple Leafs, qui les devançaient par 11 points, les Nordiques possédaient la pire défensive de la ligue. Celle-ci avait, en effet, alloué 354 buts à leurs adversaires comparativement à 318 pour les Leafs.
Cette année -là, Tugnutt a terminé la saison avec un dossier de 12-29-10 avec une moyenne de buts alloués de 4.05 et un pourcentage d'arrêt de 0,885. Cependant, pour un soir, il a joué comme une super vedette en arrêtant 95.9% des tirs des Bruins, une équipe nettement supérieure qui a éventuellement terminé au 1er rang de la Division Adams.
Durant presque trois heures, Tugnutt a réalisé, ce soir-là, une des plus impressionnantes performances de la LNH. Il a utilisé son bâton, ses gants, ses jambières ainsi que diverses parties de son équipement pour arrêter les tirs qui venaient d'un peu partout; la majorité de ceux-ci étant à bout portant puisque la défensive des Nordiques s'avérait poreuse à cette époque. Dans la seule première période, Tugger a fait face à 17 tirs sans fléchir ce qui a permis aux Nordiques de prendre les devants 1-0.
Durant les deux périodes subséquentes, les Bruins l'ont bombardé de pas moins de 44 tirs. Durant la deuxième période, il a effectué 18 arrêts permettant ainsi à ses coéquipiers de retraiter au vestiaire avec une avance de 2-1. La troisième période a vu les Bruins continuer à surclasser les Nordiques au niveau des tirs 25-5. Pourtant, ce sont ces derniers qui menaient lorsque, à 10:36, Raymond Bourque a marqué le but, à son 14e tir sur Tugnutt, qui a éventuellement propulsé les deux équipes en prolongation.
À cette époque, il y avait, en effet, 5 minutes de surtemps après quoi le match était déclaré nul et chaque équipe récoltait 1 point. Tout comme le reste de la rencontre, les Bruins dominaient la prolongation. Ils avaient déjà dirigé 11 tirs sur Tugnutt, comparativement à 2 pour les Nordiques, quand, alors qu'il ne restait que 8 secondes au cadran, Raymond Bourque a décoché un tir de l'enclave. C'était son 19e tir de la rencontre, tir qui lui permettait d'égaler le record de Gordie Howe, mais, une fois de plus, Tugnutt l'a privé d'un but certain en effectuant un arrêt spectaculaire de la mitaine.
« Je ne pouvais pas le croire » avait alors affirmé Bourque après la rencontre. « Sur ce dernier tir, je voyais tout le filet, rien d'autre que le filet et j'ai songé, « d'aucune façon, il va pouvoir l'arrêter celui-là ». J'ai tiré la rondelle aussi fort que j'ai pu, avec un joueur qui se trouvait devant lui, et il a quand même réussi à l'attraper.» Le joueur qui était planté devant lui, c'était Cam Neely et quand Tugnutt a eu fait l'arrêt, ce dernier s'est retourné pour lui dire : « Tu te moques de moi ou quoi? »
Voyez la vidéo présentant plusieurs arrêts de son incroyable performance :

« C'était seulement une de ces soirées où je voyais bien la rondelle » avait alors déclaré le héros de la soirée à l'issue de la rencontre. « Et quand je ne la voyais pas, j'anticipais bien les tirs » avait-il précisé.
Lorsque la sirène annonçant la fin de la rencontre a retenti, plusieurs joueurs des Bruins, dont Raymond Bourque, se sont dirigés vers son filet pour le féliciter alors que les 14,448 spectateurs se levaient d'un bloc pour lui offrir une ovation debout. Sur la galerie de presse, plusieurs journalistes se sont aussi levés pour l'applaudir. Cam Neely des Bruins lui a alors dit de saluer les amateurs, ce que Tugger s'est empressé de faire. « Je ne me suis jamais retrouvé auparavant dans une situation où un adversaire m'a dit de saluer les partisans dans son propre édifice » avait alors avoué Tugnutt.
Tous les joueurs qui ont participé à cette rencontre s'en souviennent comme si c'était hier. « Je n'oublierai jamais » a affirmé Steven Finn, l'ancien défenseur des Nordiques. « Je me rappellerai toujours que Ron a reçu l'hommage ultime qu'un joueur puisse avoir de la part d'adversaires, a déclaré Joe Sakic, l'ancienne supervedette des Nordiques lorsqu'interrogé sur cette mémorable soirée. Ce que les joueurs des Bruins ont fait ce soir-là, vous ne voyez jamais ça. C'était malade! »
De l'avis de Raymond Bourque, les marques d'appréciation que Tugnutt a reçues étaient pleinement méritées. « C'est très rare, il est vrai, qu'on félicite un adversaire. Mais nous, les joueurs, comme la foule, réalisions que nous venions d'assister à quelque chose d'exceptionnel », s'est-il remémoré. L'ancien défenseur-étoile a d'ailleurs avoué que c'était la meilleure performance d'un gardien à laquelle il avait assisté durant toute sa carrière. « Sur la petite patinoire du Garden, les lancers arrivaient très vite, a-t-il souligné lorsqu'il a été interrogé sur le sujet. Ce n'est pas uniquement le total qui est impressionnant, mais la qualité des lancers. Il a effectué plusieurs arrêts spectaculaires. »
Après la rencontre, le gardien était épuisé et il avait raison de l'être puisque ses efforts répétés lui avaient valu de perdre 10 livres (4.5 Kg) lui qui en pesait à peine 160 (72.6 Kg). « J'étais superstitieux et je ne voulais pas boire plus d'eau qu'à l'accoutumée, a-t-il expliqué récemment lors d'une entrevue à un journaliste de La Presse Canadienne. J'étais complètement exténué à la fin. »
« On m'en parle souvent, a aussi confié Tugnutt, âgé de 43 ans, qui oeuvre maintenant dans l'organisation des Petes de Peterborough et au sein de Hockey Canada. « Mon nom résonne pour beaucoup d'amateurs comme celui du gardien de Québec qui a connu un gros match au Garden.»
Mais que pensent ses fils, Jacob et Matty, de son impressionnante performance?
Tugnutt, qui a visionné, il y a quelques années, la vidéo de cette rencontre en compagnie de ses fils, avoue que Jacob est demeuré sur son appétit. « C'est divertissant, mais ce n'est pas de cette façon qu'on garde les buts papa, lui a-t-il dit. Tu te garroches tout partout sur la patinoire, tu n'es pas en contrôle. » Heureusement, Jacob Tugnutt sait de quoi il parle, car il est lui-même un gardien prometteur des Rangers de Kitchener, dans la Ligue junior de l'Ontario.
Le total d'arrêts de Tugger est impressionnant, certes, mais il ne s'agit pas du record. En effet, même si la ligue ne répertorie pas ce genre de statistiques, Sam LoPresti, des Blackhawks de Chicago est celui qui a effectué le plus haut total d'arrêts dans un match. Le 4 mars 1941, dans une rencontre contre les Bruins de Boston, encore eux, il a bloqué 80 des 83 tirs dirigés contre lui. Cette fois-ci, cependant, les Bruins l'ont emporté par la marque de 3-2.
Étonnamment, ce n'est pas la seule performance aussi éblouissante de Tugnutt. En effet, le 14 mai 2000, durant la partie no. 4 des semi-finales de la Conférence Est, alors qu'il portait les couleurs des Penguins de Pittsburgh, Tugger a arrêté 70 des 71 tirs des Flyers de Philadelphie. Il a cependant cédé devant Keith Primeau qui l'a déjoué à 12:01 de la cinquième période de prolongation ce qui a valu aux Flyers de remporter une victoire de 2-1.
«Je peux avancer sans risquer de me tromper que je suis le seul gardien qui ait connu deux matchs de 70 arrêts», résume-t-il, fièrement.
Pour les nostalgiques ou pour ceux qui voudrait voir ou revoir une portion de cette rencontre historique - ce fut aussi le dernier tour de piste de Guy Lafleur au Garden de Boston, voici la vidéo de toute la période de prolongation :

Crédit : LaPresse.ca
Crédit : NHL.com
10 dernières chroniques

HABSETLNH.COM
COPYRIGHT @2024 - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
TERMES  -  POLITIQUES  -  CONSENTEMENTS