SONDAGES     LNH     CANADIENS

Présentement EN FEU


Marc Bergevin a une qualité qui est essentielle au poste de directeur général


PUBLICATION

26 novembre 2018  (22h21)
PARTAGER
SUIVEZ-NOUS



Le poste de Directeur Général dans la LNH peut être ingrat, tout comme il peut être gratifiant.

C'est un emploi où personne n'est à l'abri de l'erreur. Une des principales qualités d'un bon DG est d'être capable de s'avouer ses erreurs et d'y remédier, ne pas se laisser abattre par elles. Cette qualité, Marc Bergevin l'a en lui.
En effet, depuis son arrivée en poste avec le Canadien en 2012, Marc Bergevin a fait de très bons coups, et d'autres très mauvais. Il ne s'est jamais caché lorsque questionné sur ses erreurs, et il a appris à ne pas les répéter. Prenons la signature de Karl Alzner comme exemple, qui s'est vu offrir un lucratif contrat de cinq ans d'une valeur 4,65 millions de dollars par saison.
Le prix à la signature a été gonflé, certes, mais c'est le prix à payer pour obtenir les services d'un joueur convoité au marché des joueurs autonomes. Marc l'a appris, et il n'a pas répété l'expérience par après, malgré les besoins criants de son équipe à plusieurs positions clés.
Il aurait pu signer le tant convoité Paul Stastny le premier juillet dernier, mais celui-ci a reçu une offre plus hostile de la part des Golden Knights. Regardez aussi le contrat de Milan Lucic à Edmonton, ou bien celui de David Backes à Boston, et vous pourrez constater que tous les Directeurs Généraux de la ligue font des erreurs.
Pour en revenir à Alzner, Bergevin l'a soumis au ballotage hier. Avec le retour de Shea Weber dans la formation, il y avait un défenseur de trop. Ça aurait été facile de rester orgueilleux et le garder dans l'alignement, au détriment de Victor Mete, par exemple, qui peux aller à Laval sans avoir à passer par le ballotage, mais il a décidé de faire le meilleur choix pour son équipe et pour le développement de ses jeunes joueurs.
En résumé, il faut être capable de passer par dessus ses mauvais coups rapidement et aller de l'avant pour avoir du succès dans le domaine de la direction, surtout à Montréal, où il faut avoir un mental d'acier pour passer aux travers des critiques.
On peut dire ce que l'on veut de Bergevin, on peut l'aimer ou pas, mais on se doit d'avouer qu'il travaille fort pour constamment s'améliorer et du même coup, améliorer son équipe, notre Sainte-Flanelle!
10 dernières chroniques

HABSETLNH.COM
COPYRIGHT @2024 - TOUS DROITS RÉSERVÉS.
TERMES  -  POLITIQUES  -  CONSENTEMENTS