Les Penguins de Pittsburgh sont prêts à enterrer la hache de guerre

Publié le 17 juin 2019 à 11h03
PAR CHARLES-ANTOINE NICOL
Dans le monde du sport professionnel, les rivalités entre certaines formations seront toujours l'un des éléments qui rendront un match fort excitant. En effet, il ne suffit que de penser à la haine qui régnait jadis entre les Canadiens et les Nordiques pour comprendre ce qu'une rivalité représente dans le sport de compétition.

Chez les partisans, ce qui caractérise encore davantage ces moments de grandes confrontations, ce sont lorsque des joueurs évoluant dans le camp ennemi se font un malin plaisir à déranger notre formation favorite, que ce soit par son aspect de robustesse ou sa capacité à produire offensivement. En lisant ces lignes, vous pensez sans doute à un joueur en particulier que vous détestez tant mais que vous prendriez n'importe quand dans l'alignement de votre équipe préférée.

Et bien, il semblerait que le même sentiment habite présentement le directeur général des Penguins de Pittsburgh, Jim Rutherford, lui qui serait intéressé par un ancien rival de sa formation sur le marché des joueurs autonomes :




En effet, l'attaquant de puissance Wayne Simmonds, qui était au coeur de la bataille de la Pennsylvanie lors des sept dernières campagnes alors qu'il arborait les couleurs des Flyers de Philadelphie, serait la cible des Penguins le 1er juillet prochain.

Échangé aux Predators de Nashville à la dernière date limite des transactions, l'ailier droit de 30 ans viendrait assurément ajouter l'élément de robustesse qui manque à l'attaque talentueuse de la bande à Crosby.

S'il nous avait habitué à des campagnes de plus ou moins 30 buts et 55 points depuis son arrivée avec les Flyers en 2011, Simmonds a particulièrement ralenti cette saison, lui qui a noirci la feuille de pointage qu'à trente reprises (17 buts et 13 mentions d'aide) en 79 joutes.

Néanmoins, lui qui représentait un impact salarial de 3,975 millions sur le plafond pourrait tout de même être fort utile aux Penguins, eux qui possèdent, au moment d'écrire ces lignes, 6,375 millions de dollars d'espace sur leur masse salariale en vue de l'ouverture du marché des joueurs autonomes.

Bref, il sera fort intéressant de suivre le dossier Simmonds d'ici les deux prochaines semaines, mais parions que cette potentielle signature pourrait être bonne pour les deux partis.
10 dernières chroniques
pub