20:00
-
-
    

Evgeni Malkin a-t-il joué son dernier match à Pittsburgh?

Publié le 26 avril 2019 à 18h08
PAR

L'élimination hâtive des Penguins de Pittsburgh en 4 parties face aux Islanders de New York donne tout un casse-tête aux directeurs de la franchise. Les remises en question ont bien débutées chez les Penguins et l'avenir de la formation n'a jamais semblé aussi incertain. Chose certaine, on sent que l'ère gagnante de la franchise tire à sa fin lentement, mais sûrement.

En effet, lors du bilan de fin de saison, le directeur général des Penguins, Jim Rutherford, a déclaré avec audace que les Penguins ne sont jamais devenus une équipe cette saison. Les discussions entamées sont suffisamment importantes pour que les copropriétaires des Pens, Ron Burkle et Mario Lemieux soient impliqués.


Il faut ainsi s'attendre à des changements majeurs durant la saison morte. Certains vétérans pourraient changer d'adresse, dont l'attaquant vedette Evgeni Malkin. Hauteur de 21 buts et 51 mentions d'aide en 68 matchs cette saison, le Russe est conscient du mouvement qui pourrait survenir dans les prochaines semaines chez les Penguins.


«Vous ne pouvez pas changer le club au complet, il est impossible de se départir de 10 gars en même temps. Évidemment, il y en a quelques-uns qui partiront,»
a-t-il déclaré.

«D'excellents joueurs évoluent ici. Nous verrons ce qui surviendra cet été.»

Il semble n'y avoir qu'un seul intouchable au sein de la formation et il s'agit du capitaine Sidney Crosby.

Toutefois, c'est Evgeni Malkin qui aura le dernier mot sur son avenir. Pas seulement à cause de sa clause de non-échange en béton, mais aussi parce qu'il devra choisir de s'adapter à la philosophie des Penguins de Pittsburgh, s'il demeure avec l'équipe. Il est clair que Rutherford et compagnie vont se tourner vers leur attaquant de 32 ans et lui demander ce qu'il souhaite faire.

Malkin aura le choix. Améliorer les Penguins en acceptant le concept d'équipe et en y apportant son talent indéniable, ou aider à l'amélioration des Penguins en se retirant de la formation. Il n'y a tout simplement pas de troisième option envisageable avec la clause sur son contrat, mais, en bout de ligne, ce sera la décision de l'attaquant.
10 dernières chroniques
pub