Doug Wilson devra être créatif suite au contrat qu'il a accordé à Erik Karlsson

Publié le 17 juin 2019 à 13h26
PAR MATHIEU CHARBONNEAU
Ce matin, Bob McKenzie avançait que les Sharks de San Jose et le clan Erik Karlsson étaient sur le point de s'entendre sur une prolongation de contrat. La nouvelle a plus tard été confirmée par l'organisation elle-même, ne laissant planer aucun doute sur la véracité de l’information du vétéran journaliste. Le contrat, d'une durée de huit saisons, est évaluée à 92 millions de dollars, qui équivaut à un salaire moyen sur le plafond salarial de 11.5 millions de dollars.


Cette entente, bien qu'elle ait été octroyée par le dg des Sharks, Doug Wilson, pourrait lui causer bien des difficultés dans un avenir rapproché. Comme le rapporte Arpon Basu du site The Athletic, les Sharks de San Jose possèdent, suite à cette signature, que 13 millions de dollars de jeu sous le plafond salarial pour signer près de six joueurs.




À ce jour, l'organisation possède quatre joueurs qui tomberont joueurs autonomes avec compensation le 1er juillet prochain en Kevin Labanc, Timo Meier, Dylan Gambrell et Joakim Ryan. Il ne faut également pas oublier les Joonas Donskoi, Joe Pavelski, Joe Thornton et Gustav Nyquist qui tomberont tous joueurs autonomes sans compensation.

La tâche de Wilson sera donc difficile à court terme afin de finaliser son alignement pour la prochaine saison. Il y aura assurément beaucoup de mouvement de personnel à San Jose dans les prochaines semaines.

Wilson devra également être créatif à moyen/long terme. Si le dg conserve sa brigade défensive telle quelle, il pourrait le regretter d'ici quelque années. En effet, cette dernière est vieillissante et coûte très cher.

Erik Karlsson (29 ans) - 11.5M par saison pour encore 8 ans

Brent Burns (34 ans) - 8M par saison pour encore 6 ans

Marc-Edouard Vlasic (32 ans) - 7 M par saison pour encore 7 ans

Il ne serait donc pas surprenant que les Sharks transigent l'un de leurs défenseurs. Celui qui serait le plus probable de partir serait le Québécois Vlasic. À ce sujet, la machine à rumeurs est déjà commencée et plusieurs, depuis l'annonce de la signature de Karlsson, envoie le Québécois à Montréal. Ces rumeurs étaient inévitables et aucunement surprenantes.

Chose certaine, Wilson devra user de magie s'il veut conserver son noyau sans dépasser le plafond salarial. À l'attaque, les contrats de Kane (7 millions pour encore 6 ans) et Couture (8 millions pour encore 7 ans) font également mal à la marge de manoeuvre des Sharks. Il sera intéressant de voir comment Doug Wilson réussira à gérer ce problème.

Photo : Sharks de San Jose
10 dernières chroniques
pub