HasbEtLNH
          HABSPOOL          SONDAGE          VIDÉOS
HasbEtLNH
FINAL
logo 2
logo1
FINAL
logo 5
logo1
           HABSPOOL           SONDAGE           VIDÉOS
photo

Un héros improbable permet aux Flames de vaincre l’Avalanche

12 avril 2019
À l’âge de 37 ans, Mike Smith n’est plus, à l’évidence, une verte recrue, et ce, depuis fort longtemps, et pourtant, c’est probablement avec des papillons dans l’estomac qu’il a pris place hier soir devant son filet. En effet, sa dernière victoire en séries remontait au 20 mai 2012. Ce soir-là, Smith avait effectué 36 arrêts dans une victoire de 2 à 0 des Coyotes de Phoenix - les Coyotes de l’Arizona depuis le 27 juin 2014 - contre les Kings de Los Angeles lors du match #4 de la finale de la Conférence de l’Ouest. Malheureusement, les Yotes s’étaient inclinés deux jours plus tard par la marque de 4-3; une élimination en cinq par l’équipe qui a éventuellement remporté la Coupe Stanley cette année-là. Une mince consolation!

N’ayant disputé aucun match en séries depuis cette défaite crève-coeur, cela faisait donc 2500 jours que Smith attendait pour obtenir, à nouveau, un départ durant les séries; il s’agit là du 12ème plus long temps d’attente dans l’histoire de la LNH. Et il a bien failli attendre encore plus longtemps!

En effet, Smith n’a pas débuté la saison sur une note positive et, même s’il s’est amélioré constamment, il était loin d’être assuré d’être celui que Bill Peters choisirait pour disputer le Match #1. Durant toute la saison, l’entraîneur-chef avait, en effet, partagé presque équitablement le travail entre lui et David Rittich, l’autre gardien de l’équipe. Ce système d’alternance a souri à Peters durant la saison, mais il lui fallait maintenant faire un choix et le coach a pris tout son temps, faisant languir tout le monde jusqu’à hier matin, soit quelques heures avant la rencontre, avant de l’annoncer. Ce sont probablement ses statistiques antérieures et son expérience en séries de 19 rencontres (16 avec les Coyotes et 3 avec le Lightning) qui ont fait pencher la balance en sa faveur :



Même s’il n’a jamais participé aux séries, Rittich avait pourtant disputé 45 rencontres durant la saison régulière soit trois de plus que Smith. De plus, les statistiques de ce dernier étaient supérieures : 27-9-5 comparativement à 23-16-2 pour Smith. Rittich avait aussi une moyenne de buts alloués de 2,61 et un pourcentage d’arrêts de ,911 alors que Smith présentait un dossier de 2,73 moy. et ,898%Arr. La majorité des gens, et probablement l’intéressé lui-même, s’attendait à ce que Peters envoie Rittich dans la mêlée. Et pourtant!

Dès l’annonce du choix de Smith, à titre de gardien-partant au Saddledome, des protestation se sont fait entendre puisque cette décision était loin de faire l’unanimité. « J’étais d’ailleurs un peu nerveux, pour être honnête, a avoué Smith. Je pense que toute l’équipe l’était un peu au début de la rencontre. Mais c’est ce à quoi on s’attendait. C’est un moment important. C’est contre une bonne équipe de hockey et c’est devant nos partisans. On veut qu’ils soient fiers. Je pense que les gars se sont tenus à ça et nous nous sommes améliorés de plus en plus à mesure que la rencontre progressait » a-t-il ajouté.

Au début de la deuxième période, alors que l’Avalanche bénéficiait d’un troisième avantage numérique consécutif, Smith a effectué deux arrêts-clés de la mitaine à 30 secondes intervalles pour préserver l’égalité de 0-0 qui prévalait jusque là. Voyez ce 2e arrêt effectué aux dépends de Derick Brassard :



Les visiteurs avaient alors le momentum, mais ces deux arrêts spectaculaires l’ont fait basculer de côté. Les partisans se sont alors mis à scander son nom, « Smitty, Smitty, Smitty »; des cris que les fans « en feu » ont répétés à plusieurs reprises jusqu’à ce qu’il revienne effectuer une dernière présence sur la glace à titre de première étoile du match. C’était un changement agréable pour Smith qui avait été hué, plus souvent qu’à son tour, particulièrement en début de campagne alors qu’il connaissait des performances du style montagnes russes. « Honnêtement, je n’avais jamais rien entendu de semblable jusqu’à maintenant dans ma carrière, a-t-il affirmé aux journalistes après la rencontre. Et cela donne de la confiance, évidemment, lorsqu’on entend les partisans chanter votre nom. »

Voici quelques-uns de ses arrêts spectaculaires :



Grâce au brio de leur cerbère, les Flames ont mérité leur première victoire en séries depuis la deuxième ronde de celles de 2015 alors qu’ils s’étaient inclinés en cinq devant les Ducks d’Anaheim. En plus de ses 26 arrêts, Smith a été crédité d’une passe sur le but de Matthew Tkachuk marqué à 17:15 de la 3e période dans un filet désert. Voyez ici la vidéo de ce but :



Smith est ainsi devenu le 18ème gardien de but de la LNH à réussir cet exploit; blanchissage + mention d’aide. Avant lui, les derniers à l’accomplir avaient été Pekka Rinne, le 15 avril 2017 dans une victoire de 5-0 de Nashville contre Chicago, et Cameron Talbot, le 14 avril 2017 dans une victoire de 2 à 0 des Oilers contre les Sharks. Martin Brodeur, quant à lui, a réalisé cette prouesse à trois reprises. Voici un tableau des gardiens ayant réussi l’exploit depuis 2006-2007 :



Selon vous, Mike Smith permettra-t-il aux Flames d’éliminer l’Avalanche? Si oui, en combien de rencontres?

Crédit : Calfarysun.com



Ailleurs sur le web

logo
Pour la première et la dernière fois, sur notre site, nous sollicitons votre soutien dans le but d'aider une jeune fille et sa famille de 6 afin de passer à travers la maladie. S.V.P., partagez en grand nombre. Un gros merci de la part de Habs et LNH!