20:00
-
-
    

Les dessous de la transaction de Max Pacioretty!

Publié le 12 septembre 2018 à 11h46
PAR MATHIEU CHARBONNEAU

La transaction de lundi dernier aurait dû clore le dossier Pacioretty une fois pour toute mais ce n'est pas le cas.

Encore aujourd'hui, nous en apprenons sur les dessous de la transaction. En effet, le chroniqueur à The Gazette, Stu Cowan, nous parle ce matin de comment se sont déroulées les discussions entre les deux dg suite à un entretien avec George McPhee.


Selon ce qui sort de cette discussion, la transaction a pris plusieurs mois à se concrétiser. Les discussions ont commencé juste après le dernier repêchage amateur et on continué durant l'été, parfois intensément, parfois pas. Les choses se sont mises en place durant les trois ou quatre jours avant la transaction. C'est dimanche matin dernier que le tout a abouti et que la transaction était conclue.


Il fallait cependant qu'une entente de contrat soit faite entre Vegas et Pacioretty. Pour ce faire, McPhee a eu une fenêtre de 6-7 heures pour discuter avec le clan du joueur. Bergevin a donné jusqu'à 19h00 (heure de Vegas), pour parler avec Pacioretty. Sans entente, pas de transaction pour Vegas.

"La transaction obligeait une prolongation de contrat, que Pacioretty a acceptée une minute seulement avant la fermeture de la fenêtre de négociation, selon le DG Stu Cowan"


Montréal était réticent avec l'idée, étant donné l'échec avec Los Angeles de la même stratégie, mais a finalement donné l'opportunité à McPhee de trouver un terrain d'entente avec Max. Selon McPhee, il y avait entente avec le club (Los Angeles) mais il n'a pas été possible de s'entendre sur les modalités d'un contrat. Bergevin a cependant donné l'accord pour que McPhee puisse parler à Pacioretty (et son agent) et ce fut long avant d'arriver à une entente.

Le tout s'est conclu, encore selon McPhee, une minute avant l'heure limite de 19h00. McPhee affirme qu'une fois qu'il y a un accord de principe entre les deux clans, il y a encore beaucoup de choses à faire tel structurer le contrat. Mais ils y sont arrivés.

 

 

 
10 dernières chroniques
pub