20:00
-
-
    

Le temps commence à presser dans le dossier William Nylander!

Publié le 4 septembre 2018 à 0h00
PAR

Le camp d'entraînement des Maple Leafs de Toronto débutera dans moins de 10 jours, soit le 13 septembre prochain, avec les tests médicaux et les rencontres avec les médias. Dès le lendemain, tous les joueurs invités au camp se déplaceront à Niagara Falls où, pendant trois jours, se tiendra les séances sur glace au Gale Centre Arena.

Il ne reste donc plus grand temps afin que le clan de William Nylander s'entende avec Kyle Dubas sur les modalités d'un contrat. L'attaquant de 22 ans sort de son contrat d'entrée dans la LNH et est agent libre avec restriction. Il appartient donc toujours aux Leafs mais ne peut se rapporter au camp de l'équipe sans avoir une entente en poche. La saison passée, Nylander a cumulé 20 buts, 41 mentions d'aide pour 61 points en 82 parties. Essayons de voir ce qui empêche les deux clans de conclure un pacte.

Les Maple Leafs de Toronto ont présentement 13.3 millions de dollars de jeu sous le plafond salarial. On pourrait penser qu'ils sont à l'aise de ce côté! Ce n'est toutefois pas le cas.  Dès la saison suivante (2019-2020), Kyle Dubas et son équipe devront jongler avec de gros salaires. Ce sera pas moins de 10 joueurs qui devront signer un nouveau contrat avec les Leafs durant cet entre-saison. Toronto, si la masse salariale n'augmente pas, aura un peu plus de 30 millions de dollars pour signer tous ces joueurs.

Le plus gros contrat sera celui d'Auston Matthews. Il sortira de son contrat d'entrée dans la LNH et demandera vraisemblablement un contrat similaire ou plus élevé que Jack Eichel, qui entame cette saison un pacte de 8 ans équivalent à 10 millions de dollars sur la masse salariale. Le jeune Mitch Marner sera également dans la même situation que Matthews. Il demandera moins que ce dernier mais son salaire jouera sûrement gros sur la masse salariale. Dubas devra également signer, entre autres, Jake Gardiner, Par Lindholm, Kasperi Kapanen, Andreas Johnsson et Garret Sparks. C'est sans compter le salaire de 11 millions de dollars par saison octroyé à John Tavares, qui crée un trou énorme dans la masse salariale.


Quels sont les bases de comparaison pour le futur contrat de Nylander? Commençons par regarder les joueurs de son repêchage. En 2014, 7 joueurs ont été repêchés avant lui. Le premier choix de cet encan, Aaron Ekblad, a signé un contrat de huit ans d'une valeur de 60 millions de dollars. Le deuxième choix de l'encan, Sam Reinhart, est présentement sans contrat et dans la même situation que Nylander.

Le troisième choix fut Leon Draisaitl. Il a signé l'an passé un contrat de 8 ans évalué à 68 millions de dollars. Sam Bennet, le suivant à avoir été repêché, a signé en septembre 2017 un contrat pont de deux saisons lui rapportant en moyenne 1.950 millions de dollars. Le 5e choix de 2014 est Michael Dal Colle. Son contrat d'entrée dans la LNH n'a commencé qu'en 2016 et entame donc la troisième année de ce pacte.

À lire aussi sur Habs Et LNH
Jake Virtanen est le suivant sur la liste. Le décevant espoir des Canucks a également signé un contrat pont de deux saisons commençant maintenant, lui rapportant en moyenne 1.250 million par saison. Finalement, le 7e choix de 2014, Haydn Fleury, est dans la même situation que Dal Colle et entamera cette saison la troisième année de son contrat recrue.

Ce qui nous emmène à William Nylander. Des sept joueurs sélectionnés avant lui, seulement Ekblad et Draisaitl ont obtenu de gros contrats. Bennett et Virtanen ont obtenu des contrats pont car ils n'ont aucun pouvoir de négociation dû à leur faible rendement sur la glace. Ce qui n'est pas le cas de Nylander. Ce dernier a beaucoup de pouvoir de négociation. Surtout lorsqu'on sait que le 9e choix de l'encan, sélectionné juste après Nylander, Nikolaj Ehlers a signé une extension de contrat de 7 ans d'une valeur de 42 millions de dollars en octobre dernier. Ce contrat entrera en vigueur cette saison et on peut dire que le style de jeu des deux joueurs sont comparables.

À 6 millions par saison, ça semble être un bon prix pour les Jets mais un peu bas pour Nylander. Cependant, si ce 6 millions est seulement pour une ou deux saisons, Nylander pourrait renégocier à la hausse son salaire par la suite. Est-ce que la possibilité d'un contrat pont serait envisageable?

C'est fort
10 dernières chroniques
pub