Développement: un contrat de 10 millions de dollars pour Samuel Montembeault?

Publié le 25 mars 2023 à 16h09
PAR WILLIAM NADEAU
Nous avons parlé plus tôt cette semaine du prochain contrat de Rafaël Harvey-Pinard, mais des experts viennent également de se prononcer sur le futur pacte du gardien Québécois Samuel Montembeault, lui qui impressionne vraiment cette saison.

Il ne gagne présentement pas beaucoup d'argent, mais il aide vraiment le CH et il semble montrer des signes d'un potentiel gardien numéro un de la LNH.

Kent Hughes aura la possibilité de prolonger le contrat de Montembeault bientôt, mais sachez que son contrat d'une valeur de 1 million de dollars par saison est encore valide jusqu'en 2024.

10 millions sur quatre saisons pour Montembeault?




L'expert Philippe Boucher a effectivement mentionné qu'il n'hésiterait pas à lui donner 10 millions de dollars sur quatre saisons, donc 2.5 millions de dollars par année.

C'est un pari intéressant, parce que si Samuel Montembeault devient un gardien numéro 1, un contrat de 2.5 millions par saison serait un véritable vol.

S'il devient un solide gardien «1B», ou l'un des très bons gardiens numéro 2 de la LNH, encore une fois, ça pourrait être un contrat fort intéressant pour le CH.

«Avant de regarder ailleurs, je mettrais mon énergie sur Montembeault (...) une petite offre sentimentale, tu aimes ça jouer à Montréal, un petit 10 millions $ pour quatre ans, si j'étais Kent Hughes, je m'essaierais.»

«Il continue à s'améliorer de match en match, de semaine en semaine, on peut penser qu'on a peut-être un numéro un en devenir.»

- Philippe Boucher

Aimez-vous la proposition de Boucher? Offririez-vous un contrat de quatre ans, d'une valeur totale de 10 millions de dollars, à Sam Montembeault?


Crédit : DansLesCoulisses.com
SONDAGE
25 Mars   |   888 réponses
Développement: un contrat de 10 millions de dollars pour Samuel Montembeault?

Offririez-vous 10 millions sur 4 ans à Montembeault?

Oui64772.9 %
Non, plus576.4 %
Non, moins18420.7 %
LISTE DES SONDAGES
10 dernières chroniques
pub