photo

UNE MESURE DU CANADA QUI COMPLIQUE LES CHOSES POUR LA LNH

Les déplacements non essentiels entre le Canada et les États-Unis sont interdits depuis le 21 mars dernier. Ce mardi matin, lors de sa conférence de presse quotidienne, Justin Trudeau affirme qu’elle restera scellée jusqu’au 21 juin prochain.



« Ce matin, je peux vous confirmer que le Canada et les États-Unis se sont entendus pour prolonger d’encore 30 jours les mesures frontalières qui sont déjà en place », a déclaré le premier ministre Justin Trudeau.

Le gouvernement canadien souhaite donc garder le statu quo afin de s’assurer de ne pas risquer la vie de ses citoyens. Cette mesure pourrait bien vouloir dire que le hockey professionnel ne reviendra pas au Canada avant la prochaine saison.

On le sait, la Ligue nationale de hockey travaille actuellement avec l’Association des joueurs pour sauver la campagne 2019-2020. Selon les spéculations les plus récentes, un plan pour mettre en place un format éliminatoire de 24 formations débutant cet été serait en pourparlers. Selon celui-ci, deux villes seraient choisies afin de réunir chacune 12 équipes.

Selon Bill Daly, l’adjoint au commissaire de la LNH, cette fermeture des frontières aux voyageurs non essentiels n’aura pas d’impact concernant la relance des activités du circuit Bettman. Ce qui signifierait que le hockey reviendrait, soit après la réouverture de la frontière, soit seulement aux États-Unis.

Le hockey ne constitue pas un service essentiel et, si la LNH veut débuter la reprise de ses activités le plus rapidement possible, les deux endroits devront être basés sur le territoire américain. Cette décision sera adoptée afin d’éviter que les joueurs ne traversent la frontière. Il serait donc étonnant de voir une ville canadienne devenir une de ces hôtes. Si reprise il y a…
MAXIME GRONDIN
19 MAI 2020  (16H03)