photo

UN CHANGEMENT DE STRATÉGIE EN VUE À BUFFALO?

Dans la LNH, comme dans toutes ligues professionnelles, une équipe se doit d'envisager une période de reconstruction lorsque le temps l'impose. Une période qui peut être accélérée ou pas, selon les réalités que vivent les équipes.

D'ailleurs, les Rangers de New York avaient annoncé lors de la saison 2017-2018 qu'ils rebâtissaient en neuf et voilà qu'ils affronteront prochainement les Hurricanes lors du premier tour des séries à 24 équipes, eux qui possèdent l'un des meilleurs duos d'attaquants de la LNH : Artemi Panarin et Mika Zibanejad.

Par contre, une reconstruction ne réussit pas toujours après deux saisons et demi. Parfois, il faut attendre longtemps avant de voir un club sélect dans une ville, lorsque le plan de rebâtir s'enclenche. On connaît ici les Oilers d'Edmonton, qui ne joueront qu'une deuxième série en 14 ans.



Il y a toutefois une autre équipe de la division Atlantique qui attend avec impatience un sort semblable aux Rangers. Les Sabres, avec leurs innombrables choix au repêchage dans le top 10 au cours de la décennie, n'ont toujours pas réussi à devenir dominants et ne se qualifient même pas parmi les 12 premiers rangs de leur association.

C'est une véritable honte, alors que les Jack Eichel, Rasmus Dahlin, Jeff Skinner et Rasmus Ristolainen auraient dû se trouver dans les hauts du classement depuis longtemps.

Eh bien non! L'équipe repêchera huitième, lors du prochain encan. Un autre Dylan Cozens? Un futur Casey Mittelstadt? C'est possible, mais comment est-ce qu'un Marco Rossi ou Anton Lundell pourrait vraiment améliorer le sort des Sabres, si même Jack Eichel est dans l'incapacité de le faire?

Repêcher un défenseur ne serait pas plus pertinent, vu les Dahlin, Ristolainen, Hjokiarju et Miller, qui forment pourtant un excellent noyau défensif... Il ne reste donc plus beaucoup d'options si l'organisation souhaite réellement se sortir de sa malédiction et il semble bien que la haute direction soit prête à le faire.

Quelques semaines plus tôt, il a été question du congédiement du DG Jason Botterill. Un changement important au début d'un long congé à Buffalo, c'est un signe que l'on veut maintenant des résultats. Plus de patience, même pour des joueurs, qui à tour de rôle ont partagé leur sentiment en ce sens devant les médias.

Il consisterait donc à échanger le huitième choix au total? C'est fort possible, ce choix vaudra très cher, vu la grande qualité du potentiel dont partagent les espoirs de 18 ans. Le plus grand problème de l'équipe au sens hockey est au niveau de la profondeur offensive.

Non pas au centre, vu la présence de Jack Eichel, Dylan Cozens et Casey Mittelstadt. Toutefois, les ailes ne peuvent être assurées uniquement par Jeff Skinner ou Sam Reinhart et le sauveur ne sera certainement pas Marcus Johansson. C'est ainsi que ce choix au repêchage plutôt élevé accompagné d'un défenseur pourrait servir à attirer un ailier de qualité.

En bref, une transaction de ce genre serait bénéfique pour l'organisation, car elle motiverait sans doute les troupes, elle montrerait aux partisans la volonté d'offrir du meilleur hockey et pourrait améliorer la profondeur dans les ailes. Et ce, sans nécessairement sacrifier de morceau important dans les deux premiers trios.

Crédit:

La Presse

RDS

JDM
MATHIEU BOUCHARD-RACINE
8 JUILLET 2020  (19H00)