photo

UN ANCIEN DU TRICOLORE APOSTROPHE JONATHAN DROUIN

Plusieurs anciens joueurs et experts du monde du hockey ont mal digéré les propos de l'attaquant québécois Jonathan Drouin à propos de la défaite des siens par la marque de 4 à 2 mercredi. Au lendemain de sa déclaration, le Québécois Maxim Lapierre n'a pas mâché ses mots sur son compte Twitter.



Celui qui a porté les couleurs du Tricolore durant 293 parties de saison régulière, entre 2005 et 2011, a démontré autant de fougue dans son message qu'il avait l'habitude d'en avoir sur la glace.


Le Québécois âgé de 35 ans a semblé être irrité par les propos rapportés dans un article de La Presse canadienne diffusée sur la plateforme du quotidien Le Devoir. Le titre indiquait que les joueurs des Canadiens de Montréal devaient trouver un moyen de se motiver malgré l'absence des partisans dans le ScotiaBank Arena.

Jonathan Drouin avait même comparé l'ambiance à celle qu'il vivait lorsqu'il jouait dans l'atome BB à Mont-Tremblant. C'était une façon pour lui de tourner la situation en dérision. La plupart des amateurs ont compris l'analogie, mais le fait de s'apitoyer sur le fait que c'est plus difficile de se motiver sans partisan n'a pas semblé convaincre les amateurs de hockey.

Dans sa déclaration, Maxim Lapierre fait appel au professionnalisme des joueurs et à la mémoire de ceux-ci.

« Avant le match, va devant le miroir, puis regarde le logo qui est devant ton chandail... comprends qui a déjà sué et saigné pour cette organisation, comprends l’historique et comprends qu’il y a des millions de personnes qui veulent ta place! », a-t-il écrit.

Dans son message, il fait référence à l'histoire du club, mais aussi aux grands joueurs qui ont porté l'uniforme bleu-blanc-rouge, comme Maurice Richard, Jean Béliveau, Henri Richard et tous les autres qui ont gravé leur nom sur la Coupe Stanley. On parle quand même de l'équipe qui a remporté le plus grand nombre de Coupe Stanley dans l'histoire de la LNH.

Selon ses dires, évoluer pour le Tricolore, c'est un honneur! Tous les jeunes hockeyeurs québécois qui ont chaussé des patins à la patinoire dehors l'hiver ont déjà rêvé de porter le chandail des Canadiens de Montréal et remporter un septième match de Coupe Stanley.

En gros, si tu as la chance d'arborer fièrement le chandail des Canadiens et de disputer des rencontres en séries éliminatoires, ces deux éléments devraient suffire à trouver la motivation nécessaire pour donner les bouchées doubles et offrir un spectacle aux amateurs de la Sainte-Flanelle.
CARL ARMONI
30 JUILLET 2020  (20H19)