VIDÉOS        QUIZ        POOL HOCKEY              
VIDÉOS        QUIZ        POOL HOCKEY                 MEMBRE
photo

LE PARCOURS IMPRESSIONNANT D'UN JEUNE QUÉBÉCOIS

Après sa première saison dans le circuit Bettman, l'attaquant québécois Julien Gauthier pourrait bien brouiller les cartes lors du prochain camp d'entraînement des Rangers de New York. Considéré comme un travaillant acharné, Julien Gauthier a grimpé les échelons un par un depuis qu'il a commencé le hockey mineur au début du 21e siècle. Sa force de caractère, son ardeur au travail et sa génétique ont contribué à cette ascension jusqu'à la Ligue nationale de hockey.

La journaliste du réseau américain ESPN, Emily Kaplan, a réalisé un reportage sur les origines et l'histoire incroyable de Julien Gauthier.


À six pieds quatre pouces et 224 livres, Julien Gauthier est un solide gaillard. Humble et travaillant, il a le profil type d'un futur leader qui prêche par l'exemple. Malgré une stature imposante, ce dernier n'a jamais lésiné les efforts afin d'accomplir son rêve; soit celui d'évoluer dans la Ligue nationale de hockey.

Une part de ce succès provient de la génétique du jeune homme. Son père, Martin Gauthier, est reconnu comme un homme fort qui aura mis la main sur le titre de monsieur Canada en 1984. Son grand-père aura lui aussi mis la main sur ce titre, mais cette fois-ci en 1964. Son oncle, Denis Gauthier, a disputé 554 parties dans le circuit Bettman, lui qui était reconnu pour sa robustesse comme défenseur.

La grand-mère de Julien Gauthier est la soeur de nul autre que les deux frères Rougeau, des lutteurs qui ont marqué l'esprit des Québécois dans les années 80. À la lueur de cette tranche de vie familiale, il est impressionnant de voir que le jeune homme vient d'un milieu d'hommes forts.

Inspiré par sa famille, Julien Gauthier est une véritable force de la nature. Il passe des heures dans le gymnase, et ce, dès l'âge atome. À neuf ans, le jeune homme s'entraîne déjà en gymnase à lever des poids. Il faut dire qu'il est supervisé par son père Martin, un homme fort qui connaît les limites du corps. À cette époque, il réalise deux entraînements par semaine d'une durée de 40 minutes chacune.

Selon son père, il était important de lui montrer les rouages du métier en bas âge. Ce dernier faisait des entraînements légers. L'un des objectifs était de cultiver la passion du jeune homme pour l'entraînement.

« Il a vraiment appris rapidement. Après cela, il fallait qu'il développe sa discipline. Il a conservé cette discipline jusqu'à maintenant », a-t-il révélé à la journaliste.

Pendant que les autres enfants mangeaient des chips et des boissons gazeuses après la partie de hockey, Julien Gauthier avait le droit à une ration de fruits et de noix. L'alimentation est au coeur de la santé chez les Gauthier. Quand grand-papa et papa ont été des culturistes, l'alimentation, c'est tout!

Lors des activités liées au repêchage de son année, les dirigeants des différentes formations de la LNH étaient impressionnés de voir la puissance du jeune homme avec des poids. À 17 ans, le hockeyeur québécois réalisait des squats complets avec une charge de 405 livres, soient quatre plates de chaque côté de la barre, et ce, avec quatre ou cinq répétitions. Il s'agissait d'un exploit unique lors de cet encan amateur. Ça doit faire partie des raisons qui ont poussé les Hurricanes de la Caroline à le sélectionner en première ronde.

Grâce à tous ses sacrifices, Julien Gauthier s'est entendu avec CAA Hockey, la firme d'agents dirigée par un certain Pat Brisson. Les deux parties ont convenu que ce soit Martin Gauthier qui s'occupe de son fils pour son développement.



Chaque année, Julien Gauthier se réserve une pause de 10 à 15 jours. À l'extérieur de cette pause hors-saison, l'attaquant des Rangers de New York ne rate jamais une journée d'entraînement sur la glace ou à l'extérieur. Pour ses coéquipiers, c'est un véritable modèle de discipline.

Ce dernier s'est entraîné comme jamais au cours des dernières semaines avec l'objectif de percer l'alignement des Rangers de New York cette année qui sait, évoluer sur l'un des deux premiers trios de l'équipe. Avec le vieillissement de certains joueurs et le désir de se défoncer du Québécois, il n'est pas impossible que ce dernier se taille une place. Il pourrait retrouver un certain Alexis Lafrenière au cours de la saison. Qui sait?
CARL ARMONI
20 NOVEMBRE 2020  (9H49)