photo

LE NOUVEAU CONTRAT DE GALLAGHER EST-IL TROP GÉNÉREUX?

Devenu le visage de la résilience et de la constance chez le Tricolore, Brendan Gallagher s'est entendu sur un pacte de six ans et 39 millions de dollars qui commencera en 2021-2022. Certaines personnes estiment que le salaire versé est trop important, alors que d'autres sont d'avis que Brendan Gallagher méritent ce salaire.

Le journaliste du 91,9 Sports, Raphaël Doucet, a présenté un élément qui remet certaines choses en perspectives.


Depuis les trois dernières saisons, le numéro 11 des Canadiens de Montréal figure au 27e rang des meilleurs buteurs du circuit Bettman. De plus, il est le cinquième ailier droit dans cette même catégorie. Seuls David Pastrnak (121), Nikita Kucherov (113), Patrick Kane (104) et Patrik Laine (102) ont inscrit davantage de filets que lui sur cette même période. Gallagher a tout de même inscrit 86 buts, soit sept buts de plus que l'attaquant vedette de l'Avalanche du Colorado, Mikko Rantanen.

Certes, un salaire de six ans, ça peut être long. Toutefois, Brendan Gallagher s'est mérité une étiquette de guerrier au fil des ans, lui qui n'a pas raté beaucoup de rencontres depuis qu'il a enfilé le maillot bleu-blanc-rouge. Il a manqué 12 parties au cours des trois dernières saisons, dont quelques parties en raison du protocole de commotion cérébrale en janvier dernier.

Si une certitude existe concernant le petit attaquant de cinq pieds neuf pouces, il fait sentir sa présence tous les soirs. Même si plusieurs experts estiment qu'il n'a pas le talent pour évoluer sur un premier trio dans la Ligue nationale de hockey, le petit attaquant a fait mentir plusieurs d'entre eux. Ce dernier a atteint le cap des 30 buts en 2017-2018 ainsi qu'en 2018-2019. Si le petit attaquant avait disputé les 82 rencontres supposées en 2019-2020, il n'aurait pas été surprenant qu'il termine avec plus de 30 buts.

On se souviendra de son passage avec les Giants de Vancouver dans la Ligue junior de l'Ouest (WHL). Il avait atteint le plateau des 40 filets à trois occasions, dont un sommet de 44 buts en 2010-2011. Malgré des statistiques éloquentes de 81 points, dont 41 buts en 2009-2010, le petit attaquant canadien avait été réclamé en cinquième ronde par les Canadiens de Montréal.

À 20 ans, il s'était joint au grand club. Dès sa première saison, il a inscrit 28 points en 44 parties, devenant l'une des meilleures recrues de la saison.

Certes, un hockeyeur qui pratique le style de jeu de Brendan Gallagher sera exposé à de nombreuses blessures en vieillissant. Cette question demeure pertinente. Après huit saisons dans la LNH, Brendan Gallagher a raté 64 parties de saison régulière sur une possibilité de 611 parties jouées. Au cours de ses 547 rencontres, il a déjoué les gardiens adverses à 173 reprises tout en ajoutant 161 mentions d'aide pour un total de 334 points. Parmi les joueurs repêchés en 2010, Brendan Gallagher figure au 10e rang des meilleurs pointeurs et au cinquième rang des meilleurs buteurs. Pour un choix de cinquième ronde, le rendement n'est pas trop mal.

Il va de soi que le talent de marqueur n'est pas la seule variable dont il faut tenir compte quand vient le temps d'octroyer un contrat à un attaquant. Est-ce que le joueur est impliqué? Est-ce que le joueur est responsable défensivement? Est-ce que le joueur peut répondre aux exigences de l'entraîneur dans des moments-clés? Pour l'ensemble de ces questions, la réponse est oui quand on parle de Brendan Gallagher.

Parmi les 50 meilleurs marqueurs de la LNH lors des trois dernières saisons, il est probablement la meilleure aubaine avec un certain Eric Staal, si on exclut les joueurs à rabais en raison de leur contrat d'entrée dans la LNH. Quand on calcule la moyenne de buts inscrits par rencontre sur les trois dernières campagnes multipliée par le salaire empoché par les joueurs sur la même période, Brendan Gallagher vient tout juste après Eric Staal en terme de rapport qualité-prix pour un marqueur.

Quand on considère que Brendan Gallagher a inscrit le même nombre de buts que Sean Couturier au cours de ces trois dernières campagnes, ce n'est pas trop mauvais. Il faut dire que Sean Couturier a la chance de compter sur de meilleurs fabricants de jeu que Gallagher avec des joueurs comme Claude Giroux et Jakub Voracek.

Il est difficile de pondérer l'intangible. Certains joueurs voient leur valeur augmenter malgré des statistiques moins éloquentes. Un bon coéquipier rend tous les autres meilleurs autour de lui. Cette variable est cruciale. Échangé aux Golden Knights de Las Vegas en vue des séries éliminatoires en 2018, Tomas Tatar n'avait disputé aucune rencontre avec le club. Dès son arrivée à Montréal la saison suivante, il a inscrit 25 buts et 58 points. Il s'agissait d'une marque personnelle. L'an dernier, il a atteint un nouveau cap avec 61 points, dont 22 buts. Phillip Danault est devenu l'un des 10 meilleurs centres selon ses pairs. Lors du vote pour le trophée Frank J. Selke, il a pris le septième rang.

Même si ces deux joueurs ont beaucoup de talent, il faut reconnaître que le fait d'évoluer avec un attaquant comme Brendan Gallagher, ça vient améliorer leur production offensive et leurs statistiques sur le plan défensif.

Depuis les trois dernières saisons, Brendan Gallagher a rendu de fiers services à l'organisation en jouant à rabais. Si on considère que les marqueurs de 30 buts dans la LNH empochent habituellement un salaire de six millions de dollars par saison, on peut affirmer que le Tricolore aura épargné environ 9 à 10 millions de dollars sur le présent contrat de Brendan Gallagher. Le contrat de 6 ans et 39 millions de dollars est mérité quand on considère qu'il a joué à rabais lors des quatre dernières campagnes.

Brendan Gallagher a signé un contrat de six ans en 2015-2016 qui devait se terminer après la prochaine campagne. À l'époque, la masse salariale du Tricolore était de 71,4 millions de dollars. Son salaire de 3,75 millions représentait 5,25% de la masse totale de l'équipe. En 2020-2021, son impact sur la masse salariale sera de 4,60%.



En 15 ans, la masse salariale des équipes est passée de 39 à 81,5 millions de dollars par saison, soit une hausse de 109% environ. Cette hausse annuelle d'environ 7,25% pourrait se poursuivre dans les prochaines années comme les revenus de la LNH ont progressé de façon importante depuis 15 ans. Toutefois, la COVID-19 pourrait venir ralentir la hausse des revenus ou même diminuer les recettes de la LNH si les spectateurs ne sont pas autorisés dans les amphithéâtres lors de la prochaine saison.

Si on poursuit la projection avec une hausse modérée de 2,5 millions de dollars en vue de la saison 2021-2022, la masse salariale du Tricolore atteindra donc 84 millions de dollars. Avec un salaire de 6,5 millions de dollars, Gallagher représenterait un poids relatif de 7,74% sur la masse salariale du Tricolore. Ce calcul hypothétique démontre que son poids est plus important. Toutefois, cela demeure en dessous du poids moyen d'un attaquant dans le top-6 de la LNH. Le poids moyen d'un attaquant évoluant sur l'un des deux premiers trios dans la LNH est supérieur à 9% dans les 31 équipes de la LNH si on exclut les joueurs dans leur contrat d'entrée.

CARL ARMONI
14 OCTOBRE 2020  (22H42)
promo
QUIZ SUR HABS&LNH
image
Quel était le montant en milliards de dollars de la dette fédérale canadienne au 31 mars 2018?
401
493
542
648