photo

LA SAISON DES SABRES DE BUFFALO TOUCHE À SA FIN ET LE CALVAIRE ÉLIMINATOIRE SE POURSUIT

À Montréal, ne pas obtenir un laisser-passer pour les séries éliminatoires est une chose que les partisans des Canadiens tolèrent plutôt mal. Vous pouvez donc facilement imaginer la réaction des amateurs du Tricolore si l’équipe n’arrivait pas à participer au grand bal printanier pendant neuf années consécutives. Avec l’annonce officielle d’un tournoi à 24 équipes pour déterminer les champions de la Coupe Stanley 2020 aujourd’hui, la saison des Sabres de Buffalo a pris fin, marquant au passage leur neuvième campagne consécutive sans possibilité d’aspirer aux grands honneurs.



C’est loin d’être une statistique reluisante pour les Sabres qui deviennent la 5e équipe de l'histoire de la LNH à disputer 9 saisons consécutives sans se qualifier pour les séries éliminatoires.


Malgré la format choisi par la Ligue nationale permettant à huit équipes supplémentaires de se battre pour la Coupe Stanley, la troupe de Ralph Krueger n’est pas parvenue à se qualifier. Buffalo a présenté un dossier de 30-31-8 pour un total de 68 points en 2019-2020, ce qui place la formation trois points derrière les Canadiens de Montréal, qui sont la dernière équipe de la conférence de l'Est à voir sa saison prolongée.

Même après avoir enchaîné quelques victoires et fait quelques mouvements à la date limite des transactions, les Sabres ont perdu six de leurs sept derniers matchs clouant ainsi leur cercueil pour une place en séries.

Le seul positif à tirer de leur plus récente campagne provient des performances du capitaine Jack Eichel. Âgé de 23 ans, il a terminé la saison avec 78 points en 68 matchs et est considéré par beaucoup comme un candidat au trophée Hart, décerné au joueur le plus utile à son équipe. À cette liste, il ne faudrait certainement pas omettre l’ajout de Victor Olofsson qui sera probablement l'un des trois finalistes pour le trophée Calder, décerné à la meilleure recrue de la LNH, lui qui a cumulé 42 points en 54 parties. Rasmus Dahlin, choix de première ronde de l’organisation en 2018, a pour sa part connu une bonne saison deuxième saison avec 40 points en 59 matchs.

Toutefois, même avec ces trois jeunes hockeyeurs débordant de talent, les Sabres n’ont pas été en mesure de présenter une fiche gagnante. Si la formation ne connaît pas de changement majeur, il est difficile d'imaginer que cette équipe va bientôt pouvoir devenir compétitive. Avec une statistique aussi désolante, il faudra s’attendre à des changements au niveau de la direction. Le directeur général, Jason Botterill, devrait certainement être l’un des premiers à faire ses valises, chose que les amateurs des Sabres aimeraient bien voir se produire.

Crédit: WKBW Buffalo
ANNIE C.
26 MAI 2020  (20H47)