photo

LA LNH EST EN COLÈRE CONTRE CERTAINES FORMATIONS, DONT LE CANADIEN

L'arrêt des activités de la LNH n'a pas empêché les formations de la ligue d'être actives et de préparer leur futur. Plusieurs ont accordé des contrats d'entrée dans la LNH à leur espoirs. Le Canadien n'a pas fait exception en officialisant l'arrivée d'Alexander Romanov en Amérique du Nord.

Avec l'entente de Romanov, une mention indiquait que les termes quant au début de l'entente devront être précisés. En faisant cela, le CH se donnait l'option de faire jouer Romanov dès cette saison si la LNH reprenait du service. Cette tactique, aussi utilisée par d'autres formations de la LNH, n'a pas du tout plu aux dirigeants selon ce que rapporte Michael Russo de The Athletic.


Dans une saison normale, une équipe pourrait inscrire un joueur à sa «liste de réserve» sur un contrat d'entrée dans la LNH et plus tard, le faire rejoindre le club pour le reste de sa campagne. C'est en quelque sorte ce qu'avait fait l'Avalanche du Colorado la saison dernière avec Cale Makar, qui a fait ses débuts dans la LNH en séries éliminatoires après la fin de sa campagne dans la NCAA.



Mais avec la saison suspendue en raison de la pandémie de coronavirus, la LNH a établi une règle selon laquelle tout contrat signé à ce moment ne peut pas inclure une date de début en 2019-20. Cette règle interdirait à une équipe comme le Wild du Minnesota, qui était à un point des séries éliminatoires lorsque la saison a été reportée, de faire venir la star de la KHL, Kirill Kaprizov. Le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly, a clairement indiqué au Wild que la règle ne sera pas modifiée, ont déclaré des sources à Russo.

Outre le Canadien et le Wild, ce règlement affectera certainement les Panthers de Floride avec Grigori Denisenko, les Blackhawks de Chicago avec Ian Mitchell et les Blues de St-Louis avec Scott Perunovich. La LNH n'aurait autorisé aucun de ces contrats avec cette terminologie, a ajouté Russo.
MATHIEU CHARBONNEAU
20 MAI 2020  (8H56)