VIDÉOS        QUIZ        POOL HOCKEY                     
VIDÉOS        QUIZ        POOL                        MEMBRE
Super Hockey Pool
photo

KIRK MULLER : TRÈS SATISFAIT DE L'ENTRE-SAISON DE MARC BERGEVIN

À l'instar de pratiquement tous les partisans du Canadien de Montréal, l'entraîneur adjoint du club, Kirk Muller, est heureux des acquisitions qu'a faites son directeur général Marc Bergevin pendant l'entre-saison.

Muller s'occupe notamment de l'avantage numérique et il mentionne qu'avec l'arrivée de Josh Anderson ainsi que Tyler Toffoli, l'unité spéciale possède plus d'options.

« Je crois que ça apporte une nouvelle dimension à notre jeu de puissance, a-t-il affirmé au cours d'une visioconférence, mercredi. Ce sont des gars avec de bonnes mains, des joueurs qui se rendent dans les zones qui nous permettent de marquer des buts. J'ai vu des séquences avec leur ancien club et vous voyez qu'ils sont en mesure de s'adapter. »

Le Tricolore a longtemps misé sur le tir de Weber en supériorité numérique, mais ce dernier est trop prévisible lorsqu'il décoche ses tirs et c'est à ce moment que des joueurs comme Toffoli et Anderson, qui ont déjà joué près de l'enclave lors de pareilles situations, pourront servir d'appâts.

« Je pense qu'Anderson et Toffoli pourront jouer différents rôles pour nous, que ce soit dans l'enclave ou près de la ligne de but. Ils ont joué à ces deux positions et c'est vraiment un aspect de leur jeu qui nous aidera. Nous avons des gars qui peuvent décocher des tirs de l'extérieur, mais ces gars-là peuvent jouer davantage à l'intérieur. Quand on regarde les bons jeux de puissance de la ligue, ils ne présentent pas du jeu unidimensionnel. »

« Je crois que les équipes adverses savent ce que Weber représente comme menace et il était isolé dans les stratégies de désavantage numérique des autres équipes. Ils trichent vers lui et nous n'avons pas été en mesure d'en profiter. Nous devons nous assurer de bouger davantage la rondelle et de créer plus d'occasions autrement. »

Ainsi, le CH pourrait adopter la stratégie que les Jets de Winnipeg et les Bruins de Boston ont avec respectivement Mark Scheifele et Patrice Bergeron. Ces équipes les utilisent comme pion au centre du carré défensif, directement dans l'enclave afin qu'ils tirent rapidement sur réception ou qu'ils bougent la rondelle avec des passes rapides.

« C'est un genre de quart-arrière, a illustré Muller. Patrice Bergeron est ce joueur pour les Bruins de Boston. »



Le Canadien a terminé avec un pourcentage de 17,7 % (bon pour le 22e rang dans la LNH) la saison dernière, et ils doivent se concentrer sur cette facette du jeu car le problème n'est pas à forces égales, puisque Montréal génère beaucoup d'attaque.

Dans un autre ordre d'idées, rappelons nous que Muller avait pris les reines de l'équipe lors du plus récent parcours éliminatoire de l'équipe (Claude Julien devait s'absenter après le match numéro 1 face aux Flyers en raison d'un malaise cardiaque) et il avait bien fait.

Les Canadiens ont livré de bonnes performances face aux Flyers, portant la série à un match numéro six dans lequel Philadelphie a eu raison de la Sainte-Flanelle.

Muller a ainsi goûter à nouveau au poste d'instructeur en chef, lui qui avait dirigé les Hurricanes de la Caroline entre 2011 et 2014.

Questionné à savoir s'il envisagerait d'occuper ce poste à temps plein une fois son contrat venu à échéance avec le Canadien (2021), il dit tenir compte de toutes les possibilités, mais qu'il aime bien l'équipe qu'il dirige en tant qu'adjoint en ce moment.

« Je suis emballé de travailler avec le groupe de joueurs que nous avons et j'adore les changements que 'Berge' a faits depuis la fin des séries. Il me reste une année de contrat. On verra par après. J'écouterais si une équipe m'approchait, comme tout le monde ferait. Mais présentement, j'ai du plaisir à faire ce que je fais. Le groupe est le 'fun'. »

Crédit : LNH
BENJAMIN MAROIS
25 NOVEMBRE 2020  (20H33)