photo

JOËL BOUCHARD ENCENSE LA BONNE ATTITUDE (ET LE POTENTIEL) DE JESPERI KOTKANIEMI

Depuis que le Canadien en a fait sa troisième sélection au total en juin 2018, les opinions sont polarisées à l'endroit du joueur de centre finlandais Jesperi Kotkaniemi. En effet, si les belles pièces de jeu qu'il réalise nous laissent entrevoir un avenir rempli de potentiel, ses certaines lacunes sur le plan physique font en sorte que plusieurs regrettent sa sélection aux dépens de l'imposant ailier Brady Tkachuk.



Toutefois, avis à ceux qui sont toujours déçus du rendement de KK, il ne faudrait pas oublier que le principal intéressé vient tout juste de célébrer ses 20 années de naissance au début du mois de juillet et que la majeure partie de son développement est encore à faire. Nul doute qu'il deviendra excellent joueur d'ici quelques années.

C'est d'ailleurs l'opinion de l'entraîneur-chef du Rocket de Laval, Joël Bouchard. Réputé pour ne pas avoir sa langue dans sa poche, Bouchard s'est exprimé en entrevue avec le journaliste Jean-François Chaumont au sujet de la progression de Jesperi Kotkaniemi et disons qu'il est difficile de trouver un homme plus enthousiaste que le stratège du club-école du CH :


D'entrée de jeu, Bouchard est revenu sur la performance du numéro 15 lors de la partie préparatoire de mardi face aux Maple Leafs de Toronto, tout en poursuivant sur l'expérience que le jeune homme devrait potentiellement acquérir durant la série face aux Penguins :

« Comme tout le monde, j’ai trouvé qu’il a bien joué contre les Maple Leafs. J’ai trouvé qu’il était rapide et qu’il était intense. KK est encore un jeune joueur. Il ne faut jamais oublier ça. Oui, il est un troisième choix au total et il y a des attentes. Quand je regardais ses présences, je remarquais son implication et son désir de faire une différence. Ce n’était rien de parfait, mais c’était encourageant. »

« Le Canadien misera sur Suzuki et Kotkaniemi à la position de centre contre les Penguins. Claude [Julien] n’aura pas souvent le dernier changement. Il y a des présences où KK se retrouvera contre un Crosby ou un Malkin. Il apprendra de cette expérience, c’est juste du positif. »


La jeunesse peut parfois nous rendre téméraire ainsi qu'obstruer notre vision à long terme. Toutefois, lorsque Bouchard commente l'attitude que le centre de 6 pieds 2 pouces et 198 livres avait lorsqu'il a été rétrogradé à Laval plus tôt cette saison, il était tout le contraire de ce à quoi un jeune peut nous habituer :

« Il n’est pas arrivé à Laval avec la langue à terre et il n’était pas au-dessus de ses affaires. Quand tu retournes un jeune prometteur dans la Ligue américaine, c’est parfois difficile pour l’ego. Ils ont le sentiment que c’est un échec, qu’ils ont manqué leur coup. Ce n’était pas le cas avec KK. Il avait la bonne attitude. »

« Il est débarqué avec des joueurs un peu plus de son groupe d’âge et il ne jouait pas à la vedette. Il était juste content d’être là. Avec le Canadien, il était plus caché derrière les vétérans et les joueurs établis. Avec le Rocket, ça devenait plus son équipe, il pouvait transporter l’équipe. »


Selon les dires de l'entraîneur de 46 ans, le natif de Pori était heureux de se retrouver chez le Rocket, tout en glorifiant le jeune homme dans son style bien à lui :

« Son moral était parfait. Jesperi était même content d’arriver à Laval, a dit Bouchard. C’est un petit gars intelligent, il n’est pas un nono. Il savait que ça représentait une bonne chose pour son développement. Cale Fleury venait de retourner avec le Rocket depuis quelques jours seulement. KK et Cale sont de bons amis. Cale m’avait aussi dit que KK était heureux de se retrouver avec le Rocket. »

« Il y a parfois des jeunes qui regardent juste le présent, mais dans le cas de Jesperi, il gardait une vision à long terme, a-t-il poursuivi. À son arrivée, je me suis assis avec lui et nous avons jasé pendant une heure. Il voyait que son jeu n’était pas au niveau qu’il le souhaitait, mais qu’il avait besoin de jouer pour rebâtir sa confiance. »

« Claude le dit toujours. La LNH est une ligue de performance, pas de développement. Avec moi, il a retrouvé une ligue de développement. Il est venu rechercher les minutes qu’il avait besoin pour s’améliorer. Et à Montréal, Claude ne pouvait pas lui offrir la même chose. »


Cela dit, quand vient le temps de parler du talent de Kotkaniemi, des étoiles apparaissent dans les yeux de Bouchard :

« KK a fait des choses sur la glace, dans un match ou un entraînement, qu’aucun joueur du Rocket n’a pu faire en deux ans, a rappelé Bouchard. Je parle du côté des habiletés. »

« Je crois toujours en son potentiel. Je ne le vois pas juste comme un bon joueur dans la LNH, mais un possible très bon joueur. Il a un potentiel, ça ne fait aucun doute. Ce qui est le fun avec KK, c’est qu’on ne connaît pas encore son plafond. C’est encore trop tôt. Il a vraiment de belles habiletés, mais il reste encore aussi du travail à faire. »


Bref, difficile de ne pas être optimiste quant au futur de Jesperi Kotkaniemi lorsqu'on prend conscience des propos de Joël Bouchard. Même si son adaptation ne se fait pas aussi rapidement que d'autres joueurs de sa cuvée comme Rasmus Dahlin, Andrei Svechnikov, Brady Tkachuk ou encore Quinn Hughes, KK semble détenir un potentiel assez élevé dont l'on verrait seulement la pointe de l'iceberg au moment d'écrire ces lignes. Une chose semble certaine, l'avenir du Finlandais semble assez rose!

En 36 parties avec le Tricolore en 2019-20, Kotkaniemi n'avait noirci la feuille de pointage qu'à huit reprises, dont six fois dans la colonne des buteurs, ce qui représente 26 points de moins qu'à sa première campagne dans la LNH. Il avait toutefois bien répondu à son renvoi à Laval, lui qui avait récolté 13 points (un but, douze aides) en autant de rencontres.
Croyez-vous au potentiel de Jesperi Kotkaniemi?
CHARLES-ANTOINE NICOL
31 JUILLET 2020  (11H51)