photo

CINQ JOUEURS DE LOCATION QUI AURONT MARQUÉ LEUR PASSAGE AVEC LE TRICOLORE

Depuis l'imposition du plafond salarial dans la Ligue nationale de hockey, les transactions affluent. La gestion de cette nouvelle variable donne lieu à des acquisitions de courte durée afin de miser tout pour essayer de se rendre jusqu'à la Coupe Stanley. Cette stratégie n'est pas étrangère au Tricolore.



Marc Bergevin et ses prédécesseurs ont usé de cette tactique au fil des ans. Toutefois, plusieurs joueurs acquis n'auront fait qu'un bref séjour dans l'uniforme bleu-blanc-rouge. L'Agence QMI a répertorié cinq joueurs vedettes qui n'ont fait que passer par Montréal.


Le dernier coup d'éclat du directeur général du Tricolore est certainement le Russe Ilya Kovalchuk. En fin de carrière, ce dernier a connu des débuts éclatants avec la Sainte-Flanelle. Échangé à la date limite des transactions aux Capitals de Washington, plusieurs experts croient que le Tricolore pourrait lui offrir un contrat de courte durée.

Il n'est toutefois pas le seul joueur qui a connu ce type de carrière éphémère à Montréal. Voici un top-5 qui vous rappellera de bons souvenirs!

Alex Tanguay

Acquis par transaction durant la saison estivale en 2008, Alex Tanguay s'est rapidement senti à l'aise avec la troupe montréalaise. Avec un bon début de saison, l'attaquant a toutefois été victime d'une solide mise en échec du colosse attaquant du Lightning de Tampa Bay, Evgeny Artyukhi, le 30 décembre 2008. Tenu à l'écart du jeu pour une période de 10 semaines, le Québécois n'est revenu qu'à la mi-mars, soit trois semaines avant les séries éliminatoires.

Il aura tout de même accumulé 41 points, dont 16 buts en seulement 50 parties lors du calendrier régulier. Joueur autonome sans compensation à la fin de la campagne, ce dernier a décidé de parapher une entente avec le Lightning de Tampa Bay. Il n'aura fait que passer au final.

Thomas Vanek

Marqueur naturel et un joueur à caractère offensif, l'Autrichien Thomas Vanek aura fait vivre des moments hallucinants aux amateurs de hockey de la métropole. À la date limite des transactions le 5 mars 2014, Marc Bergevin réalise l'un des échanges les plus marquants des 10 dernières années. Il cède l'espoir Sebastian Collberg et un choix de deuxième tour aux Islanders de New York pour faire l'acquisition de Thomas Vanek.

Dès son arrivée dans la métropole, il se distingue comme l'un des moteurs offensifs de l'équipe. Auteur de six buts et 15 points en seulement 18 parties de saison régulière avec les Canadiens de Montréal, il fait sentir sa présence lors du bal printanier. Il aide le Tricolore à se rendre jusqu'en finale de l'Association de l'Est. Il inscrit cinq buts et cinq mentions d'aide pour un total de 10 points en 17 parties.

Malheureusement, Carey Price s'est blessé après que l'attaquant Chris Kreider ait chuté dans ses jambes à toute vitesse. Le gardien de but quitte le filet. Son remplaçant n'est pas en mesure d'arrêter l'attaque des Rangers de New York. Le rêve de mettre la main sur une première Coupe Stanley depuis 1993 s'évanouit.

Joueur autonome sans compensation après cette aventure en séries éliminatoires, Vanek choisit l'argent plutôt que la destination. Il décide finalement de signer un contrat de trois saisons qui lui rapporte 6,5 millions de dollars par campagne avec le Wild du Minnesota. L'expérience Vanek aura été concluante pour le Tricolore et n'aura pas hypothéqué l'avenir du club.

Alexander Radulov

Après un séjour de quatre saisons dans son pays natal en Russie avec la formation du Dynamo de Moscou, l'attaquant Alexander Radulov tient à effectuer un retour au jeu dans le circuit Bettman lors de la saison 2016-2017. Après ses dernières frasques lorsqu'il évoluait avec les Predators de Nashville, le Tricolore prend un risque. Marc Bergevin offre un contrat d'une campagne à l'attaquant.

Ce dernier arrive à Montréal avec le couteau entre les dents. Il devient rapidement l'un des préférés de la foule avec sa fougue. Il termine au deuxième rang des pointeurs de l'équipe tout juste derrière Max Pacioretty. Auteur de 18 buts et 54 points avec le Tricolore, il aide l'équipe à se tailler une place dans le portrait des séries éliminatoires.

Malheureusement, la formation montréalaise est éliminée au premier tour des séries de fin de saison. Au courant de la saison estivale, Marc Bergevin offre un contrat similaire à celui des Stars de Dallas, mais d'une durée plus courte selon l'agent de Radulov. Le numéro 47 prend alors la direction du Texas, où il empochera 6,25 millions de dollars pour les cinq prochaines saisons.

Bergevin se défendra dans les jours qui suivent. Il n'hésite pas à dire qu'il avait offert le même contrat que celui des Stars de Dallas. Il faut croire qu'il était plus excitant d'évoluer aux côtés de Jamie Benn et Tyler Seguin qu'à côté de Brendan Gallagher et Phillip Danault.

James Wisniewski

Vous l'aviez oublié? Oui, nous aussi! Toutefois, le défenseur offensif est transigé le 28 décembre 2010. Les Islanders de New York transigent avec les Canadiens de Montréal. En échange, la formation new-yorkaise met la main sur un choix de deuxième tour au repêchage. Il s'agit d'une belle prise pour le Tricolore.

D'office pour 43 parties en saison régulière lors de cette campagne, il a noirci la feuille de pointage à 30 reprises, dont sept fois dans la colonne des marqueurs. Grâce à sa contribution offensive, la formations accède aux séries éliminatoires. Toutefois, le Tricolore s'incline dès le premier tour.

À peine six mois après avoir fait son acquisition, le Tricolore échange ses services aux Blue Jackets de Columbus contre un choix de cinquième ronde qui deviendra Charles Hudon. Bien que James Wisniewski ne fut qu'un défenseur de location, il aura aidé l'avantage numérique principalement durant la deuxième moitié de la saison régulière.

Il faut toutefois dire que le retour est mince quand on considère que les Ducks d'Anaheim ont échangé une série de joueurs, dont William Karlsson, pour obtenir les services du défenseur qui appartenait aux Blue Jackets à la date limite des transactions en 2015.

Robert Lang

En fin de carrière, l'attaquant tchèque Robert Lang prend la direction de Montréal quelques jours avant le début de la saison 2008-2009. Après une campagne de 54 points avec les Blackhawks de Chicago l'année précédente, le numéro 20 devient l'un des piliers offensifs de l'équipe.

Malgré une blessure qui le tiendra à l'écart du jeu pour une trentaine de parties en saison régulière, il accumulera tout de même 39 points en 50 parties. Même s'il se retrouve dans l'ombre du Québécois Alex Tanguay, sa contribution donne un sérieux coup de main au Tricolore. Le CH s'est toutefois fait balayer dès la première ronde des séries éliminatoires cette année-là.

Devenu joueur autonome sans compensation à la fin de la saison, il signe un contrat d'une seule saison avec les Coyotes de l'Arizona. Cette campagne deviendra sa dernière saison en carrière dans la LNH.
CARL ARMONI
4 JUILLET 2020  (12H28)