photo

CAYDEN PRIMEAU COMMENTE SA SÉLECTION SUR L'ÉQUIPE D'ÉTOILES CHEZ LES RECRUES DE LA LAH

Lorsqu'il fut sélectionné au 199e échelon (septième ronde) de l'encan de 2017, le jeune Cayden Primeau était plutôt reconnu, avant toute chose, comme étant le fils de l'ancien joueur de la LNH, Keith Primeau, au détriment d'être un gardien rempli d'avenir. Même que certains observateurs affirmaient que Marc Bergevin avait voulu faire une faveur au paternel des Primeau en sélectionnant son garçon, eux qui ont évolué ensemble chez les Red Wings de Détroit lors de la saison 1995-96.



Or, contre toute attente, Primeau s'est fait un nom dès l'année ayant suivi son repêchage. S'amenant des circuits juniors (USHL), Cayden a fait le saut dans les rangs universitaires en s'alignant pour les Huskies de Northeastern, où il fut dominant de 2017 à 2019, avant de parapher une entente avec le CH. Il faut dire qu'avec des statistiques cumulées représentant un pourcentage d'arrêts de ,932 et une moyenne de buts alloués de 2,01 en 70 parties, dont un total de 44 victoires et huit obtenus par jeux blancs, disons que le natif de Voorhees au New Jersey s'était donné des arguments de taille pour négocier un contrat de la LNH.

C'est donc ainsi que le cerbère de 6 pieds 3 pouces et 200 livres s'est amené à Laval, rempli de confiance, pour entamer sa première campagne chez les professionnels, lors de laquelle il aura affiché de bonnes statistiques pour un portier de 20 ans. En effet, il fut en mesure de repousser les tirs de ses adversaires à 90,8% du temps, en plus d'avoir maintenu une moyenne de buts accordés de 2,45, bon pour 17 triomphes en 33 départs, dont quatre par blanchissage.

Cet incroyable parcours aura donc mené l'espoir du CH vers un honneur des plus gratifiants, lui qui fut nommé sur l'équipe d'Étoiles des recrues de la Ligue américaine de hockey plus tôt cette semaine. Une chose est certaine, Primeau a retenu l'attention cette saison et c'est pour les bonnes raisons. Malgré cela, le jeune homme demeure un garçon des plus humbles, lui qui a fait part de ses commentaires à la suite de cette sélection :


C'est lors d'une conférence téléphonique tenue dans la journée de mercredi que le numéro 33 du Rocket a plutôt remis le mérite à ses coéquipiers pour cet honneur :

« Je me réjouis de cette nomination. Il y avait de bons gardiens de première année dans la Ligue américaine (LAH). Mais je vois aussi ça comme un témoignage du jeu de toute l’équipe. C’est une récompense pour l’équipe. Je dois remercier mes coéquipiers. »

Par ailleurs, bien qu'il donne le crédit à ses partenaires de vestiaire, il n'en demeure pas moins que le principal intéressé était fier de cet exploit et il n'a pas tardé avant d'appeler son père pour lui faire part de la nouvelle. Le gardien a d'ailleurs dévoilé une anecdote de cette conversation dans laquelle on constate le côté « exigeant » de l'ancien troisième choix au total en 1990, un aspect que partage le fils avec son père :

« Il était excité et fier. Il m’a dit bravo, mais il m’a rapidement demandé quel est mon prochain objectif. C’est un peu la mentalité de notre famille. On m’a toujours enseigné à être heureux de nos réalisations, mais de toujours penser aux prochains buts. Je partage la philosophie de mon père. »

Est-ce que son prochain objectif serait d'occuper le rôle d'adjoint à Carey Price? Disons que Primeau ne veut pas trop en dévoiler sur sa vision de son avenir à court terme :

« J’ai toujours tenté de ne pas regarder trop loin, a-t-il répliqué. Je vis dans le moment. Je ne sais pas à quoi le futur ressemblera. Je peux simplement m’améliorer durant la saison morte. À l’automne, on verra ce qui arrivera. Je ne veux pas me placer trop de pression. Je peux simplement m’améliorer, devenir plus fort et meilleur comme gardien. Je ferai attention aux détails. Les bonnes choses surviendront si je travaille fort. »

Bien que l'échantillon soit maigre, il faut dire que le jeune gardien avait plutôt bien fait lors des deux matchs auxquels il a participé dans le circuit Bettman cette saison, où il affiché une efficacité de 0,931 et une moyenne de 2,52, en plus de se mériter sa première victoire dans la LNH. Il a d'ailleurs dévoilé comment il avait vécu l'émotion de ce grand match pour sa jeune carrière :

« Quand tu mènes en troisième période, tu regardes l’horloge et tu as hâte à la fin du match. Mais quand tu gagnes en prolongation, les émotions sont encore plus fortes. Je dirais que cette victoire contre Ottawa est mon plus beau moment à ce jour au hockey. Je n’oublierai jamais ce match. »

Bref, Cayden Primeau connaît un parcours rempli de succès depuis sa sélection en juin 2017. Comme le dit si bien l'auteur des lignes de l'article placé ci-dessus, Jean-François Chaumont, la logique veut que l'homme masqué du Bleu-Blanc-Rouge dispute au minimum une autre saison dans les mineures, où il pourra corriger de petites lacunes et voir le plus d'action possible. Or, si on se fie à son développement dans les dernières campagnes, il faudra s'attendre à ce que Cayden Primeau effectue des pas de géant l'an prochain et qui sait, pourrions-nous le voir à Montréal pour la saison 2021-22?

Cela reste à voir, après tout, tout change très rapidement dans la LNH d'aujourd'hui...
CHARLES-ANTOINE NICOL
21 MAI 2020  (10H18)