Habs & LNH

La vision de Luke Richardson

L’embauche du nouvel entraîneur-adjoint du Canadien s’est fait très rapidement. À la suite d’une conversation au téléphone et d’une réunion pendant un après-midi avec Claude Julien, Richardson s’est vu offrir le poste pour compléter le personnel d’entraîneurs déjà composé de Julien, Kirk Muller, Dominique Ducharme et Stéphane Waite. Le Canadien a dû demander aux Islanders la permission pour parler à Richardson, lui qui était toujours sous contrat avec la formation New-Yorkaise pour encore deux saisons. Suite à la réorganisation chez les Isles, la situation de Richardson était encore inconnue.

L’homme de 49 ans a, cet après-midi, expliqué sa vision du travail qu’il aura à faire avec les défenseurs du CH. Une chose est certaine, la communication sera primordiale au sein du groupe de défenseurs géré par Richardson.

Communication

« La communication est vraiment une chose importante. Les discussions en personne sont moins fréquentes de nos jours, mais elles sont primordiales. Comme adjoint, c’est aussi plus facile, je veux être amusant et avoir du plaisir avec eux. Je dois très bien connaître mes défenseurs et plus m’occuper d’eux spécifiquement. Je veux créer une équipe intégrée au sein de l’équipe. Je veux qu’ils communiquent bien avec les gardiens, qu’ils expliquent aux attaquants ce qu’ils souhaitent et ce qu’ils voient sur la patinoire », a mentionné Richardson.» – Luke Richardson

« De la manière dont ça fonctionne aujourd’hui, tu ne peux pas juste lancer des ordres. Je veux m’assurer d’être en forme et j’aime montrer des choses aux jeunes. Je m’implique dans les exercices et ils respectent ça. J’écoute aussi ce qu’ils ont à dire. C’est la LNH, on est là pour obtenir des résultats, mais il faut comprendre leur perspective et comprendre leur parcours respectif »  – Luke Richardson

L’originaire d’Ottawa jouera aussi un rôle de psychologue sportif. Richardson sait que son rôle d’allié est primordial autant du côté sportif que psychologique. Il faut donc s’attendre à ce qu’il soit le confident des joueurs à l’avenir.

« On a besoin d’une combinaison de joueurs différents. Les patineurs rapides doivent joindre l’attaque, le “quatrième homme” est très important de nos jours. J’ai implanté ça à Binghamton. Il faut aussi bouger en unité de cinq. C’est important de le faire même pour un défenseur défensif parce que ça contrôle l’écart avec les joueurs adverses. On va travailler là-dessus avec Claude cette année » – Luke Richardson

Shea Weber

Questionné au sujet de l’absence de Weber, Richardson avoue que ce sera un enjeu de taille. L’ancien défenseur, qui a joué plus de 1400 parties dans la LNH, ressent beaucoup de compassion pour Weber, mais il ne peut pas changer l’identité des autres défenseurs.

« Il faut jouer avec ses forces dans un concept d’équipe. Il n’y a pas d’autre Weber dans la LNH. Les gars doivent faire leur travail de leur mieux et il n’y aura pas plus de pression imposée sur qui que ce soit en son absence. Il faut apprendre à jouer et gagner. Quand il reviendra, ce sera un gros plus pour le club »

L’équipe d’entraineur du CH

Richardson est originaire de la région d’Ottawa tout comme Julien. Les deux hommes se connaissent donc depuis longtemps.

« On jouait au hockey l’été ensemble. C’était un vétéran et il a été bon pour moi quand j’étais jeune. Quand il s’est retiré et qu’il dirigeait les Olympiques, il organisait un camp de conditionnement pour les professionnels et les juniors et j’y participais. On ne s’est pas beaucoup côtoyé dans les dernières années, mais quand la connexion est là, elle dure pour toujours »

Il a également hâte de travailler avec Muller, Ducharme et Waite. Richardson connait bien Muller  pour l’avoir affronté si souvent dans la LNH. Quant à Ducharme, son bon ami Fred Brathwaite lui en a beaucoup parlé et a été très élogieux. Brathwaite a travaillé avec Ducharme chez Équipe Canada et chez les Voltigeurs de Drummondville.

Fait à noter, le nouvel entraîneur du CH entend même retrouver une partie de son français, qu’il a perdu depuis son départ d’Ottawa à l’âge de 16 ans.

La santé mentale

La santé mentale est une cause qui touche beaucoup Richardson et sa femme. Les deux ont été éprouvés il y a quelques années par le suicide d’une de leur fille. Depuis, Richardson et sa famille sont très impliqués dans la cause de la santé mentale particulièrement auprès des jeunes.

« On a jugé qu’il fallait agir et le hockey est une plate-forme qui peut aider. Mes joueurs ont toujours supporté mes initiatives. C’est important, ça va si vite dans le monde d’aujourd’hui, les choses peuvent virer mal très rapidement. On espère pouvoir aider la communauté de Montréal dans ce sens éventuellement » – Luke Richardson

Via RDS

 

Ne manquez pas sur HABS & LNH! : 

— Un centre de 6 pi 6 po dans la mire du CH?

— Cet ancien défenseur du CH sur le point de se trouver du boulot

— Dossier Zadina: La LNH devra trancher!

— Joël Bouchard commente l’arrivée de Burrows avec le Rocket!

Commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *